Publicités

DIRECT. Emmanuel Macron invité du « 13 heures » de TF1 : suivez et commentez l’interview

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #MACRON

14h06 : « On va baisser l’impôt sur les sociétés, le ramener à 25%, ce qui est la moyenne européenne. »

14h06 : Emmanuel Macron défend désormais sa politique en faveur des entreprises.

14h03 : « L’argent qui sera perçu, s’il y a des contraventions (…) on le mettra dans les hôpitaux qui soignent les blessés de la route. »

14h04 : « On rendra transparents les résultats. Si ça ne marche pas, on ne continuera pas.« 

14h04 : Emmanuel Macron défend l’expérimentation de la baisse de la vitesse autorisée sur les routes secondaires à 80 km/h au lieu de 90 km/h.

14h04 : Depuis cette salle de classe de la campagne normande, Emmanuel Macron l’assure : « On s’engage pour le rural. On n’abandonne pas du tout la ruralité. » Il promet des créations de classes, un meilleur encadrement, mais pointe aussi « des endroits où il y a des écoles qu’on doit fermer ».


13h55 : A propos de l’islam de France, Emmanuel Macron l’assure : « Je ne veux plus de mosquées qui s’ouvrent avec des financements cachés. »

13h54 : Certains ont remarqué la petite affiche placardée sur l’entrée de l’école : « Attention aux poux ».

13h52 : « Je suis le président de tous les Français. Les riches n’ont pas besoin de président. Ils se débrouillent très bien tout seuls. »

13h50 : « L’islam radical, l’islamisme, ça n’est pas l’islam, ça n’est pas tous les musulmans, mais c’est un problème. »

13h50 : Les mosquées dans lesquelles des prêches extrémistes sont prononcés « seront fermées », assure Emmanuel Macron, interrogé sur la lutte contre l’islam radical et la volonté d’interdire le salafisme.

13h46 : Emmanuel Macron dans une salle de classe à la télévision, cela vous rappelle sûrement son passage dans l’émission « Au Tableau ! » sur C8.

emmanuel macron wtf GIF by franceinfo

13h43 : « La taxe d’habitation, c’est l’impôt le plus injuste qui soit. »

13h42 : Emmanuel Macron redit son objectif de voir 100% des foyers fiscaux exonérés de la taxe d’habitation à la fin de son quinquennat.

13h40 : « Il ne faut pas non plus raconter des carabistouilles à nos concitoyens. »

13h57 : Au même moment, des manifestants sont venus interpeller le président au nom de la défense du service public, face à des gendarmes mobiles dans une rue voisine de l’école. Une journaliste de Ouest-France est sur place.

13h39 : « J’ai beaucoup de considération pour nos aînés. »

13h38 : « Si on ne fait pas cette réforme, dans cinq ans, dans dix ans, on ne pourra plus financer ce système de retraites et on ne remettra pas le pays en marche. »

13h38 : Hé… Je conteste. Je suis retraité et victime de la ponction Macron. On ne m’a rien demandé et je n’accepte pas cette ponction sur ma modeste retraite.

13h38 : « Je n’ai jamais pris un retraité pour un portefeuille. »

13h35 : Emmanuel Macron se livre à un nouvel exercice de pédagogie sur la hausse très critiquée de la CSG.

13h33 : Sous un autre angle, voici à quoi ressemble le cadre de cette interview.

13h31 : « J’ai demandé un effort aux personnes retraitées, à une partie d’entre elles (…) Je leur dis merci. »

13h31 : Florian Philippot accuse Emmanuel Macron de mentir sur le recours syrien à des armes chimiques. Il poste une image de l’ancien secrétaire d’Etat américain Colin Powell, qui avait évoqué en 2003 la présence d’armes de destruction massive en Irak.

13h28 : « On va mettre plus de moyens dans l’hôpital. Mais cela ne sert à rien de mettre des moyens dans un système qui n’est pas adapté. (…) Il faut réorganiser le système de soins pour que l’investissement soit utile. »

13h27 : Il prend pour exemple La Poste ! Mais la poste de mon village n’est même plus ouverte tous les jours ni même toute la journée certains jours… Alors non ! Ne faites pas la même chose avec la SNCF, s’il vous plaît !

13h26 : Les propos d’Emmanuel Macron sur la SNCF laissent sceptique François Cocq, de La France insoumise, qui dresse un parallèle avec La Poste. L’un de vous réagit également dans les commentaires.

13h25 : Le chef de l’Etat assure qu’il ira « jusqu’au bout » de sa réforme de la SNCF.

13h25 : « Je les appelle plutôt au calme en leur disant que je les ai entendus », dit Emmanuel Macron à l’adresse des cheminots grévistes.

13h24 : Le président enfume Jean-Pierre Pernaut, puisque les questions de ce dernier vont dans son sens, c’est du cousu d’avance.

13h24 : Le cadre sonne faux : pourquoi ces jugements à l’emporte-pièce; heureusement on a un président plus positif : Intelligent, competent, dynamique, nous avons un président exceptionnel. Je lui fais entierement confiance; si lui ne reussit pas, personne ne réussira.

13h24 : C’est vrai que les Français sont assez naïfs pour croire qu’on peut leur promettre la misère et qu’on leur apportera le bonheur à ia place, au nom de je ne sais quel principe d’impossibilité d’oser les contrarier.

13h23 : Emmanuel Macron assure que la dette de la SNCF sera en partie reprise par l’Etat, progressivement.

13h22 : « Je demande à chacun de faire un petit effort, mais c’est vraiment la condition pour continuer à avoir un grand service public ferroviaire. »

13h21 : « L’Etat va investir 10 millions d’euros par jour pendant 10 ans. »

13h19 : Emmanuel Macron assure que la SNCF ne sera pas privatisée et restera une entreprise publique. #SNCF

13h21 : « Je le garantis absolument. Ce sera dans la loi : 100% de capitaux d’Etat. »

13h17 : « On a besoin d’un chemin de fer fort (…) et la réforme va le renforcer. » #SNCF

13h18 : « La cordée n’avance qu’à la vitesse de la corde », déclare Emmanuel Macron, sibyllin, interrogé sur ses fameux « premiers de cordée ».

13h15 : « Ce n’est pas de l’injustice, c’est une politique d’investissement », plaide Emmanuel Macron pour défendre la réforme de l’ISF censée selon lui encourager les plus riches à investir dans l’économie.

13h11 : Pour défendre ses réformes, Emmanuel Macron prend l’exemple d’une maison qui doit être consolidée en commençant par les fondations : l’éducation.

13h08 : « Je fais ce que j’ai dit. Peut-être qu’on n’en avait plus l’habitude. »

13h07 : « Je veux changer beaucoup de choses et pour moi il n’y a pas de répit. »

13h06 : « La France agira en Syrie quand elle aura vérifié toutes les informations. »

13h05 : « En aucun cas la France ne laissera une escalade se faire dans la région moyen-orientale. »

13h04 : Le cadre sonne hyper faux, avec les enfants qui jouent dehors derrière comme si de rien n’était…


Continuer à lire sur le site France Info

Publicités

Laisser un commentaire

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :