Publicités

Etudiants et cheminots défilent côte à côte à Paris

Les cheminots sont là, à quelques mètres de l’université de Tolbiac. Certains étudiants viennent à leur rencontre. « Je crois qu’il y a une vraie prise de conscience. On est tous attaqués, que ce soit les hospitaliers, les cheminots… », estime une jeune femme. Un cheminot raconte que depuis le début du mouvement, il voit des étudiants participer aux assemblées générales pour évoquer les problématiques de la fac. « On se rend compte que les convergences se font naturellement », indique-t-il.

Si étudiants et cheminots manifestent dans le même cortège, chaque groupe reste à sa place : les cheminots devant, les étudiants derrière. Chacun sous son drapeau. Chacun avec ses slogans, les cheminots sur la réforme de leur statut, les étudiants sur la sélection à l’université, qu’ils estiment déguisée.

Le parcours est symbolique. Il part de la fac pour rejoindre la gare d’Austerlitz. Mais il peine à prendre. Pour Fabien Villedieu, porte-parole du syndicat SUD-Rail, la convergence des luttes aura bien lieu. « Le mouvement est toujours là. J’en veux pour preuve cette manifestation », assure-t-il. Et promet : « La semaine prochaine, il y aura des grévistes, il y aura des assemblées générales. »

Le taux de grévistes est fluctuant. En ce premier jour de la troisième séquence de grève « perlée », il s’établissait dans la matinée à 38 % du personnel indispensable à la circulation des trains. C’était beaucoup moins qu’au cours du premier épisode où ils étaient 48 %, plus que dimanche dernier, mais moins que lundi. Ce samedi, alors que commencent les vacances scolaires de la Région parisienne, la direction de la SNCF annonce un TGV et un TER sur trois, deux Transilien sur cinq et un Intercités sur cinq. Pour le trafic international, son prévus quatre Eurostar sur cinq tandis que la circulation des Thalys sera « quasi-normal ».


Continuer à lire sur le site France Info

Publicités

Laisser un commentaire

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :