Publicités

Parlement de Strasbourg : ce qu’il faut retenir du discours de Macron

Mardi, devant le Parlement européen à Strasbourg, Emmanuel Macron s’exprimait pour la toute première fois depuis son accession à l’Élysée en mai 2017. Une prise de parole et un déplacement placés sous haute sécurité pour un président de la République qui n’a jamais caché son désir d’Europe. D’ailleurs, pour célébrer son élection, il y a près d’un an, le chef de l’État avait choisi « L’Ode à la joie » de Beethoven, hymne européen par excellence. Souveraineté de l’Europe, montée des populismes, mais aussi budget et accueil des réfugiés sur le sol européen, Emmanuel Macron n’a rien laissé au hasard, et s’est affirmé sur tous les sujets, lui qui souhaite depuis son arrivée au pouvoir une refonte de l’Europe.

  • Une aide financière pour l’accueil des réfugiés

Emmanuel Macron a proposé que l’accueil et l’intégration des réfugiés par des collectivités locales soient pris en charge par un programme européen dédié. « Je propose de créer un programme européen qui soutienne directement financièrement les collectivités locales qui accueillent et intègrent les réfugiés », a ainsi déclaré Emmanuel Macron. Pour le chef d’État français, il s’agit d’un des dossiers sur lesquels « nous devons obtenir des résultats tangibles ».

Lire aussi À Lyon, la pression des réfugiés est de plus en plus forte

Pour cela, a fait valoir le président de la République, il faut « débloquer le débat empoisonné sur le règlement de Dublin et les relocalisations, mais aussi dépasser ce débat, en construisant la solidarité interne et externe dont l’Europe a besoin ». Les États membres de l’UE se sont donnés jusqu’en juin pour s’accorder sur une réforme du « règlement Dublin », qui désigne quel pays a la responsabilité de traiter une demande d’asile faite en Europe. Ce dispositif décrié la confie presque toujours à ceux de première entrée dans l’UE, faisant peser une charge démesurée sur des pays comme la Grèce et l’Italie, mais sa réforme est enlisée depuis près de deux ans.

Lire aussi Europe : Macron affronte les doutes du Parlement de Strasbourg

La Commission européenne, soutenue notamment par Berlin, propose de partager l’accueil par des quotas de « relocalisation », qui ne seraient toutefois déclenchés qu’en cas de crises comparables à celle de 2015, quand 1,26 million de personnes ont demandé l’asile dans l’UE. Mais plusieurs pays, la Pologne et la Hongrie en tête, refusent catégoriquement toute idée de répartition obligatoire, faisant notamment valoir l’opposition de leurs opinions publiques à de telles mesures. Malgré l’absence de consensus, l’UE avait adopté en 2015 un plan exceptionnel de « relocalisations » depuis l’Italie et la Grèce, incluant des quotas obligatoires d’accueil, arrivé à échéance en septembre 2017, et que plusieurs pays de l’Est ont refusé d’appliquer.

  • La nécessité de réinventer une souveraineté européenne

Le président français Emmanuel Macron a par ailleurs appelé mardi à « défendre fermement » une « souveraineté européenne réinventée » face à la tentation « autoritaire » dans certains pays de l’Union européenne. « Je veux appartenir à une génération qui aura décidé de défendre fermement sa démocratie. (…) Je ne céderai à aucune fascination pour les régimes autoritaires », a déclaré le président dans son discours. « Je ne veux pas faire partie d’une génération de somnambules », a-t-il ajouté. « J’appartiens à une génération qui n’a pas connu la guerre et qui est en train de s’offrir le luxe d’oublier ce que les prédécesseurs ont vécu », a-t-il averti.

Face à des bancs largement remplis, le président français a dressé un tableau sombre de la situation du Vieux Continent sur fond de montée des populismes et du sentiment antieuropéen dans nombre de pays de l’UE. « Une forme de guerre civile européenne réapparaît » et « nos égoïsmes nationaux parfois nous paraissent plus importants que ce qui nous unit face au reste du monde », a estimé Emmanuel Macron dans ses propos liminaires, applaudis par les eurodéputés à l’exception des rangs de l’extrême droite. L’ambition européenne du chef de l’État a jusqu’à présent été freinée par la longue crise politique en Allemagne et les résultats des récentes élections en Italie et en Hongrie qui ont vu la victoire de partis eurosceptiques. »Il faut entendre la colère des peuples d’Europe. Ce n’est pas de démagogie dont ils ont besoin, mais d’un projet”, a précisé le chef de l’État français.

  • Budget européen

La France « est prête à augmenter sa contribution » au budget européen dans le cadre du prochain budget pluriannuel de l’UE pour la période qui s’ouvrira en 2021, a annoncé Emmanuel Macron. « Ce budget, que nous allons discuter, doit exprimer un projet politique de cohérence, d’efficacité et de convergence », a dit Emmanuel Macron, assurant que « la France est prête à augmenter sa contribution » pour atteindre ces objectifs. « Mais pour cela, c’est une refondation du budget lui-même qu’il faut envisager », a-t-il ajouté lors d’un débat en plénière, plaidant notamment pour que l’UE crée « de nouvelles ressources propres (…) sur le numérique comme sur certaines ressources énergétiques ».

Il a également estimé qu’il faudrait supprimer « les rabais qui ne sauraient survivre au Brexit » et financer « dignement l’action européenne en matière de défense et d’immigration ». Le président français a également insisté pour que l’attribution de fonds européens se fasse à l’avenir selon « des critères de convergence en matière fiscale et sociale notamment ». Il a également proposé de « rouvrir le débat sur le marché du carbone » afin de « pousser l’idée d’un prix minimal du carbone » et « d’une taxe carbone aux frontières ».

« Nous ne devons renier aucune ambition des politiques existantes, mais nous devons ajouter des ambitions nouvelles que nous portons. C’est en ce sens que la France œuvrera dans les prochains mois », a-t-il ajouté. Les pays européens sont déjà en train de préparer le budget pluriannuel de l’UE pour la période qui s’ouvrira après le Brexit et la période de transition qui devrait suivre le retrait du Royaume-Uni de l’Union. Ce départ britannique crée un casse-tête pour les 27, en laissant un « trou » dans les finances européennes, évalué entre 12 à 15 milliards par an par la Commission européenne.

Et cette perte survient au moment où l’UE doit financer de nouvelles politiques dans le domaine de la migration et de la défense notamment. Face à ce double défi, la Commission propose aux États membres un cocktail d’économies à réaliser et de nouvelles ressources à trouver. Elle leur demande aussi d’accepter une hausse de leurs contributions au budget européen, qui représente quelque 1 000 milliards d’euros pour la période 2014-2020.

Emmanuel Macron est attendu jeudi après-midi à Berlin pour s’entretenir avec la chancelière Angela Merkel de l’avenir de la zone euro. Mais le parti conservateur de la chancelière a critiqué lundi notamment son idée de création d’un budget propre à la zone euro pour aider les investissements. Répondant à Emmanuel Macron, Manfred Weber, le patron des députés du Parti populaire européen (PPE, droite), la principale force politique au Parlement, a plaidé pour « une démocratie parlementaire forte », car « si nous ignorions les souhaits des citoyens, les citoyens nous ignoreront ». Sur un ton plus virulent, l’eurodéputé belge Philippe Lamberts (Verts) a vivement critiqué « l’action en France » d’Emmanuel Macron, qui « met à mal la devise Liberté, Égalité, Fraternité », critiquant les ventes d’armes, le nucléaire, l’expulsion de Notre-Dame-des-Landes ou des camps de migrants.


Continuer à lire sur le site d’origine

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :