A la Une

Fin de l’état de grâce pour Emmanuel Macron ?

Près de deux tiers (64 %) des Français se disent « déçus » de l’action d’Emmanuel Macron un après son élection à la présidence de la République, selon un sondage Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions publié mercredi. Dans le détail, parmi ces 64 %, 36 % des personnes interrogées se disent « plutôt déçues » et 28 % « très déçues » ; 36 % se disent par ailleurs « satisfaites » (32 % « plutôt » et 4 % « très »).

Les Français sont en outre partagés lorsqu’il s’agit d’évaluer l’évolution de la France depuis un an. Pour 37 % d’entre eux, « la France ne va ni mieux ni plus mal » et « rien ne change » depuis l’élection d’Emmanuel Macron, tandis que 36 % considèrent que « la France va plus mal » (29 % pensent que « c’est en partie à cause de la politique d’Emmanuel Macron et du gouvernement », tandis que 7 % jugent que « ce n’est pas lié »). À l’inverse, 27 % considèrent que « la France va mieux » (17 % grâce à la politique menée, 10 % sans lien avec cette politique).

La majorité des Français approuvent la réforme de la SNCF

Invitées à se prononcer sur deux mesures « en cours de discussion » (la réforme de la SNCF et la loi asile et immigration), 62 % des personnes sondées approuvent la première, tandis que 52 % désapprouvent la seconde. Concernant les mesures déjà adoptées, 68 % approuvent la loi sur la moralisation de la vie politique, mais 57 % désapprouvent la réforme du travail et 69 % « les mesures fiscales dans leur ensemble (hausse de la CSG, suppression de la taxe d’habitation, réforme de l’ISF, suppression des APL et mise en place de la flat tax à 30 %) ».

Au final, « en tenant compte de la personnalité et de l’action » d’Emmanuel Macron, 46 % des Français considèrent qu’il n’est « ni de gauche, ni de droite, ni du centre », tandis que 35 % le placent à « droite » de l’échiquier politique, 15 % au « centre » et 4 % à « gauche ».

Le sondage a été effectué du 20 au 21 avril 2018 selon la méthode des quotas auprès de 1 013 personnes âgées d’au moins 18 ans et interrogées par Internet.


Continuer à lire sur le site d’origine