Publicités

Cannes 2018 : le Majestic, un hôtel très particulier pour observer le Festival

L’hôtel Majestic : lieu incontournable à Cannes, en face du Palais des festivals. Comme à  tout autre journaliste, combien d’interviews nous ont été données ici, combien de cinéastes nous y avons rencontrés. Nous avons voulu pénétrer un peu plus l’intérieur l’institution. Et écouter ce qu’elle nous raconte de ce Festival.

Pour une star de cinéma, comptez 50 robes pour trois jours

Sur le mur, dans le couloir, des photos : Robert de Niro, Tim Robbins, Nicolas Cage, Kristin Scott Thomas. Et les autres. Nous rencontrons Sophie Bouche, gouvernante générale du Majestic dans une des très belles suites de l’hôtel avec vue imprenable sur la baie : la dénommée suite Mélodie, parce qu’on y a tourné des scènes de “Mélodie en sous-sol” de Verneuil avec Gabin et Delon.

Dans un des couloirs de l''hôtel Majestic à Cannes.

Dans un des couloirs de l”hôtel Majestic à Cannes.

© Lorenzo Ciavarini Azzi/Culturebox

Il est 17h30, l’heure du coup de feu, lié à la montée des marches. “Tout est sous contrôle”, rassure d’emblée Sophie Bouche, qui a dû recruter une vingtaine de personnes supplémentaires, s’ajoutant aux 150 déjà présentes, pour couvrir les besoins du Festival. “Le plus dur, question organisation, est le repassage des smokings et surtout des robes, des malles entières de robes”. Pour une star de cinéma qui occupe une suite comme celle-ci, comptez 50 robes pour trois jours. Pour le cas où. “Et autant de paires de chaussures !”, ajoute-t-elle.

Sophie Bouche, gouvernante générale du Majestic.

Sophie Bouche, gouvernante générale du Majestic.

© Lorenzo Ciavarini Azzi/Culturebox

Pendant la quinzaine, l’hôtel vit à l’heure du Festival. “Déjà, il change de physionomie”, explique la gouvernante générale : “nombre de suites font peau neuve pour proposer une décoration plus dépouillée, zen, comme la suite Dior”. D’autres se dotent d’un salon de maquillage, d’un salon d’interview… Sans parler des bureaux et des showrooms des partenaires et sponsors qui sont également installés dans l’enceinte du lieu. C’est que le commerce, le marketing, font partie intégrante du festival et de l’hôtel. A l’équipe de Sophie Bouche, d’ailleurs, la tâche par exemple de distribuer, aux clients, stars de cinéma, les cadeaux des Dior, Chanel, Boucher et autres Prada, entreprises généreuses donatrices…

Un cocon

Le Majestic est un cocon. “Ici les stars sont chez elles et l’ambiance est, il est vrai, assez exceptionnelle”, constate Sophie Bouche. Les comédiens, les producteurs, les réalisateurs se croisent dans les couloirs, et à l’occasion se retrouvent au bar pour prolonger la conversation, racontait très récemment Christophe Lambert. Le salon de l’accueil, célèbre, est un joli lieu de rendez-vous où l’on s’affiche. L’acmé étant aux heures de la montée des marches. Mannequins, stars du show-biz, du cinéma. Gardes du corps (de un à trois selon la star) alertes. Journalistes, photographes, discrètement canalisés. Rouges, à paillettes, dorées, noires, le défilé de ces robes magnifiques (et donc bien repassées) est impressionnant.

Départ de l'hôtel Majestic de l'équipe du film d'Eva Husson (ici avec Goshifteh Farahani) vers la montée des marches.

Départ de l’hôtel Majestic de l’équipe du film d’Eva Husson (ici avec Goshifteh Farahani) vers la montée des marches.

© Lorenzo Ciavarini Azzi/Culturebox

Ce soir-là Eva Husson, Golshifteh Farahani et Emmanuelle Bercot retrouvent, dans les salons, les femmes kurdes du film “Les filles du Soleil”, en robe traditionnelle. Ambiance joyeuse et enthousiaste. L’équipe du film décide de rejoindre le tapis rouge à pied, plutôt que s’enfermer dans des voitures aux vitres teintées. La valse des véhicules officiels ou privés, devant l’hôtel, se poursuit pour les autres.

Le bal des voitures à l'hôtel Majestic.

Le bal des voitures à l’hôtel Majestic.

© Lorenzo Ciavarini Azzi/Culturebox

Nous dépassons le cortège pour rejoindre, de l’autre côté de la Croisette, la plage du Majestic. Elle se prépare, ce soir-là, à recevoir environ 1500 personnes dans la fête la plus courue du festival, la fête Orange : “c’est la plus grosse soirée avec celle de la clôture”, explique Frédéric Claudet, directeur des événements spéciaux du Majestic.

Frédéric Claudet devant le ponton de l'hôtel Majestic.

Frédéric Claudet devant le ponton de l’hôtel Majestic.

© Lorenzo Ciavarini Azzi/Culturebox

Et le Festival de Cannes c’est cela aussi : l’après projection. L’hôtel est en première ligne : “nous avons la compétence, les équipes et le lieu pour le faire”. Cuisine, buffet, coordination avec les autorités, musique (le groupe Plaid), audiovisuel, logistique : le Majestic s’occupe de tout, c’est une machine de guerre. Mieux : “l’approche est de faire du sur-mesure”. Festival de Cannes oblige. “75% des invités sont liés au Festival”, poursuit Frédéric Claudet.

Continuer à lire sur le site France Info

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :