Publicités

David Gorski : « L’homéopathie est la reine de tous les charlatanismes »

David Gorski est chirurgien oncologue spécialisé dans le cancer du sein. Il défend la médecine basé sur les preuves scientifiques.

© DR

Chirurgien oncologue spécialisé dans le cancer du sein au Barbara Ann Karmanos Cancer Institute à Detroit, David Gorski est aussi aux États-Unis l’un des plus virulents critiques des médecines alternatives, qu’il qualifie de pseudosciences et de charlatanisme. Sur le site Science-Based Medicine ou sur son blog personnel Respectful Insolence, ce professeur déconstruit régulièrement les discours des anti-vaccins, des défenseurs de la naturothérapie ou de célébrités comme Gwyneth Paltrow ou Oprah Winfrey qui font la promotion de remèdes aussi excentriques que douteux.

Récemment, David Gorski a rédigé un article au vitriol pour accabler Agnès Buzyn, notre ministre des Solidarités et de la Santé, qui, en avril, déclarait à propos de l’homéopathie que, « si ça continue à être bénéfique, sans être nocif, ça continuera à être remboursé ». Une sortie scandaleuse, selon lui, pour une ministre de la Santé, d’autant plus que la France est la championne du monde du recours à l’homéopathie. Entretien avec un « sceptique » militant.

Le Point : Pourquoi avez-vous commencé à critiquer les médecines alternatives et les « pseudosciences » sur votre blog, puis sur Science-Based Medicine ?

David Gorski : J’avais même commencé avant sur Usenet. Vous souvenez-vous de Usenet ? C’est un prolongement de mon intérêt en général pour le scepticisme et la pensée critique, auquel je pouvais appliquer mon expertise médicale. Il y a aussi la volonté d’aider les gens en les dissuadant, quand c’est possible, d’utiliser des traitements inefficaces.

Tant qu’à mentir à votre patient en tentant de jouer sur l’effet placebo, vous pouvez aussi bien utiliser des pilules de sucre à bon marché.

En France, record mondial, un tiers de la population a fait appel à l’homéopathie, médecine alternative basée sur des principes développés par Samuel Hahnemann à la fin du XVIIIe siècle. Comment leur expliqueriez-vous qu’il s’agit d’une pseudoscience ?

L’homéopathie est la reine de tous les charlatanismes. Mon argument préféré est de mettre en avant la règle des dilutions infinitésimales, selon laquelle plus vous diluez un remède homéopathique, plus puissant il deviendra. J’aime rappeler qu’une dilution homéopathique de 30 CH (centésimale hahnemannienne) équivaut à un taux de dilution de 10 puissance – 30, et qu’une dilution de 100 CH signifie une dilution de l’ordre de 10 puissance – 200. Or, il faut savoir que le nombre d’atomes dans l’univers entier n’est estimé qu’à 10 puissance 80…

Vous avez pesté contre notre ministre de la Santé, Agnès Buzyn, qui, en avril, déclarait que l’homéopathie continuerait à être remboursée « si ça continue à être bénéfique sans être nocif ». Mais si l’homéopathie a bien un effet placebo, pourquoi certains praticiens ne pourraient-ils pas la prescrire ?

C’est complètement irresponsable pour un ministre de la Santé de faire ce genre de déclaration. Il y a de multiples arguments à opposer à Agnès Buzyn. Invoquer des effets placebo signifie tromper le patient, ce qui n’est pas éthique. Par ailleurs, les effets placebo sont généralement à court terme et n’agissent nullement sur les résultats sérieux, à savoir le rétablissement ou la mort. Enfin, tant qu’à mentir à votre patient en tentant de jouer sur l’effet placebo, vous pouvez aussi bien utiliser des pilules de sucre à bon marché plutôt que de coûteux remèdes homéopathiques.

En France, 124 médecins ont signé une tribune dans Le Figaro contre les médecines alternatives et l’homéopathie. Mais, avec ce genre de texte dénonçant des « pratiques ésotériques », n’y a-t-il pas le risque de présenter la médecine comme étant arrogante, alors que la méfiance envers la science « officielle » ne cesse de grandir ?

Si des médecins ne dénoncent pas la pseudoscience, qui le fera alors ? Qui est le mieux qualifié pour faire ce genre de mise en garde ? Aux États-Unis, les médecins figurent toujours parmi les professions auxquelles les gens font le plus confiance, en étant systématiquement dans le top 3 dans les différents sondages. Un journaliste de France Inter, Mathieu Vidard, a accusé ces médecins signataires d’« arrogance ». Selon lui, ils insulteraient les 40 % de vos compatriotes qui font appel à des médecines alternatives. Je lui répondrais qu’un tiers des Américains croient à l’existence des fantômes, ce qui ne signifie nullement que les fantômes sont réels.

Les vaccins sont victimes de leur propre succès. Les maladies contre lesquelles ils ont protégé ont largement été éliminées, et les parents ne perçoivent plus leur dangerosité.

Dans la patrie de Louis Pasteur, seule une courte majorité de Français estime désormais que les vaccins représentent plus de bénéfices que d’inconvénients. Comment expliquez-vous que ce mouvement anti-vaccin soit si fort aujourd’hui ?

Les vaccins sont victimes de leur propre succès. Les maladies contre lesquelles ils ont protégé ont largement été éliminées, et les parents ne perçoivent plus leur dangerosité. Ils ne se focalisent que sur les risques de la vaccination. Ensuite, il y a le travail de fourmi de ceux qui répandent la désinformation en exagérant grandement les risques liés aux vaccins ou en inventant des risques complètement imaginaires, à l’image du lien entre vaccins et autisme. C’est ainsi que s’est développée la perception que les vaccins ne représenteraient que des dangers, contre un tout petit bénéfice, ce qui est bien sûr complètement faux.

Lire aussi Vaccins : pour en finir avec l’irrationnel

Un des arguments avancés par Luc Montagnier et Henri Joyeux, figures de proue du mouvement contre la vaccination obligatoire en France, est que, l’année dernière aux États-Unis, un tribunal a décidé d’indemniser les parents d’un enfant, J. B. Boatmon, décédé en 2011 de mort subite un jour après avoir été vacciné. Qu’en pensez-vous ?

Cela ne prouve rien. D’abord, les verdicts légaux ne sont pas des conclusions scientifiques. Ce ne sont pas les juges qui déterminent la science, et d’ailleurs ils n’y comprennent rien. Ensuite, il faut savoir que cette « cour vaccinale » a été créée afin de sauver le programme fédéral de vaccination. En 1986, il était menacé de s’effondrer alors que les fabricants de vaccins quittaient l’un après l’autre le marché américain du fait de toutes les poursuites judiciaires. La « cour vaccinale » a été conçue à dessein pour rendre les indemnisations plus faciles que dans un tribunal classique. Ses standards pour les preuves sont ceux d’une cour civile, ce qui veut dire que, pour que le juge soit convaincu, il suffit d’apporter un tout petit peu plus de preuves que son adversaire, ce qu’on appelle parfois le « 50 % et des poussières ». J’ai expliqué en longueur dans ce texte pourquoi cette décision ne signifie nullement que les vaccins sont responsables du syndrome de mort subite du nourrisson.

Non seulement Gwyneth Paltrow fournit une plateforme à ces idioties, mais, en plus, elle en tire profit en les commercialisant.

Une de vos cibles préférées, ce sont les naturopathes, que vous qualifiez de « faux docteurs ». En quoi cette profession serait-elle dangereuse ?

Les naturopathes aiment à affirmer qu’ils représentent l’équivalent des médecins généralistes, mais leur formation n’a rien à voir. Si vous voulez comprendre pourquoi la naturopathie est une fausse médecine, je vous invite à lire Britt Hermes, ex-naturopathe devenue une vraie scientifique après avoir découvert que son supérieur hiérarchique importait et injectait un traitement non autorisé à des patients atteints du cancer. Elle l’explique bien mieux que moi sur son site. La naturopathie est un mélange de conseils raisonnables sur le régime ou les exercices et d’une énorme corne d’abondance de charlatanisme, qui inclut l’homéopathie, la réflexologie ou les vitamines à hautes doses. En fait, dès qu’une pseudoscience apparaît, les naturopathes vont l’adopter. Et c’est bien sûr dangereux. Les naturopathes poussent des personnes atteintes de maladies sérieuses à faire appel à des « traitements » inefficaces plutôt qu’à la médecine basée sur la science. Les naturopathes utilisent même des traitements qui potentiellement peuvent faire des dégâts, comme le traitement par cellules souches.

Vous avez épinglé Gwyneth Paltrow, fondatrice du site et de la marque Goop. Quel mal y a-t-il à ce qu’une célébrité hollywoodienne promeuve des bains de vapeur du vagin ou des patchs qui « rééquilibrent la fréquence énergétique de nos corps » ?

La réponse me semble évidente : c’est une absurdité mystique, et Gwyneth Paltrow fournit non seulement une plateforme à ces idioties, mais, en plus, elle en tire profit en les commercialisant.

Les médecins ne sont-ils pas, d’une certaine façon, responsables de l’actuel engouement pour les médecines parallèles ?

C’est ce que les charlatans aimeraient que vous pensiez. Mais je pense que la responsabilité du corps médical n’est que minime. Oui, il y a des problèmes avec la façon dont la médecine est administrée, mais la solution à ces problèmes n’est en aucun cas d’adopter une quelconque pseudoscience.

En mars, l’hebdomadaire de gauche The Nation a publié un article sur la sûreté des téléphones portables, faisant un parallèle entre l’industrie des télécommunications et celle du tabac. Que nous dit la science sur le lien entre les ondes et les cancers ?

Cet article était du marchandage de peur complètement irresponsable. De manière très hypocrite, les auteurs ont écrit qu’ils ne voulaient pas « argumenter sur le fait que les téléphones portables et autres technologies sans fil sont nécessairement dangereux, car ce sont les scientifiques qui doivent trancher dans ce domaine ». Pourtant, dans le reste de l’article, ils ont fait tout leur possible pour sous-entendre que les radiations des téléphones représentent une menace majeure pour la santé, et provoqueraient des tumeurs du cerveau et d’autres maladies. Or, toutes les preuves dont nous disposons vont à l’encontre de cette hypothèse.

J’aime rappeler que le curare, le venin des serpents à sonnette ou la strychnine sont tous parfaitement naturels.

Votre confrère suédois le regretté Hans Rosling, dans son merveilleux livre posthume Factfulness tout juste paru aux États-Unis, expliquait qu’il y a aujourd’hui une forte « phobie chimique » ou une peur des substances invisibles. Vous confirmez ?

Je n’irais pas aussi loin. Je n’aime pas trop ce terme de « phobie chimique », parce que cela fait passer ceux qui craignent les produits chimiques artificiels pour des fous, ce qu’ils ne sont pas. Cela dit, il est vrai qu’il y a une grande ignorance sur la chimie basique, associée à l’idée fausse que, si un produit chimique est « naturel », il est bon, tandis que, s’il est d’une façon ou d’une autre synthétisé en laboratoire ou en usine, il est potentiellement dangereux. J’aime rappeler que le curare, le venin des serpents à sonnette ou la strychnine sont tous parfaitement naturels.

Sur le Web, les partisans de la naturopathie ou les anti-vaccins vous décrivent comme étant un praticien « arrogant », voire un « sociopathe », et assurent que vous êtes financé par l’industrie des vaccins…

Je n’ai aucun lien avec l’industrie des vaccins ou l’industrie pharmaceutique. Dans les années 1990, j’ai reçu une petite somme d’une compagnie pharmaceutique, car le tuteur de ma thèse a été suffisamment généreux pour m’inclure comme co-inventeur d’une découverte que nous avons brevetée. Celle-ci n’a jamais été commercialisée. J’ai aussi reçu une petite bourse d’un groupe pharmaceutique il y a près de dix ans. Cela ne suffisait même pas à payer le salaire pour mon collègue de postdoctorat. Depuis, je n’ai eu aucun contact avec une entreprise pharmaceutique ou un fabricant de vaccins.

Pour conclure : la raison et la science sont-elles aujourd’hui particulièrement en danger ? Ou est-ce simplement Internet qui donne plus d’audience à la pseudoscience ?

La raison et la science ont toujours été en danger, menacées par le charlatanisme et la pensée irrationnelle…


Continuer à lire sur le site d’origine

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :