Publicités

Mort de deux fillettes à Limonest : ce que l’on sait (et ce que l’on ignore encore) de la mère, mise en examen pour “assassinats”

Âgée de 38 ans, la mère de famille avait d’abord été hospitalisée en état de choc dimanche soir, puis placée en garde à vue lundi.

Son profil est au centre de toutes les interrogations. La mère des deux fillettes de 3 et 5 ans retrouvées mortes dimanche dans leur chambre de la caserne de gendarmerie de Limonest, près de Lyon, a été mise en examen pour “assassinats” mercredi 13 juin au soir. Elle a été placée en détention provisoire, conformément aux réquisitions du parquet de Lyon.

Franceinfo recense ce que l’on sait et les questions qui se posent encore à son propos.

Ce que l’on sait

• Elle nie en bloc. Âgée de 38 ans, la mère de famille avait d’abord été hospitalisée en état de choc dimanche soir, puis placée en garde à vue lundi. Interrogée à sept reprises par les enquêteurs, elle nie toute implication. Une source proche du dossier affirme au Parisien qu’elle aurait livré des “explications évolutives et contradictoires”.

• Très affectée par la séparation avec son conjoint. Le père des fillettes, un gendarme, était absent au moment où les corps de ses enfants ont été découverts. Le couple était en cours de séparation, ce qui affectait fortement la mère, selon des sources proches de l’enquête.

• Un comportement étrange, qui a interpellé ses proches. Le frère de la mère et sa femme devaient venir passer le week-end à Limonest. Mais elle a annulé. Comme ils avaient des billets non remboursables, ils sont quand même venus le dimanche, à l’improviste.

Leurs versions divergent : la mère assure qu’ils ont vu la fillette de 3 ans. Le frère et la belle-sœur affirment n’avoir vu que la fillette de 5 ans, atone. La mère a déclaré qu’elle était malade. L’enquête a révélé que la plus jeune des deux sœurs était morte dans la nuit de samedi à dimanche.

Leurs versions concordent sur un point : quand la mère et la belle-sœur sont entrées dans la chambre des petites filles le dimanche vers 17h30, toutes deux étaient mortes. 

• Elle avait vendu des affaires appartenant à ses enfants avant le drame. La mère avait vendu des vêtements et des jouets d’enfants deux jours avant la mort de ses filles, a précisé une source proche de l’enquête.

Ce que l’on ignore encore

• Comment les fillettes sont mortes. Les autopsies comme les analyses toxicologiques pour déterminer les causes de la mort des enfants n’ont rien donné pour le moment. Selon Le Parisien, les hypothèses d’une asphyxie et d’une intoxication sont envisagées.

• L’état de la mère au moment de la mort de ses filles. Le quotidien affirme que les analyses toxicologiques ont mis au jour un taux important d’acétone dans le sang de la suspecte, qui pourrait indiquer une forte consommation d’alcool.


Continuer à lire sur le site France Info

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :