Colin Kaepernick, le joueur de foot américain antiraciste, devient le visage de la dernière campagne de Nike

Depuis qu’il a lancé son mouvement pour protester contre les violences policières contre les Noirs en posant un genou à terre lors de l’hymne américain, Kaepernick est devenu une personnalité controversée aux Etats-Unis.

« Croyez dans quelque chose. Même si cela signifie tout sacrifier. » C’est le slogan de la dernière campagne de publicité de Nike, qui met en avant le visage du joueur de football américain Colin Kaepernick, à l’origine en 2016 du mouvement de boycott de l’hymne américain. Sur son compte Twitter, Colin Kaepernick a publié lundi 3 septembre le visuel montrant en gros plan son visage en noir et blanc.

Cette ampagne coïncide avec le 30e anniversaire du célèbre slogan « Just do it » de la marque à la virgule. Elle met aussi à l’honneur la reine du tennis féminin Serena Williams et la megastar de la NBA LeBron James.

Depuis qu’il a lancé son mouvement pour protester contre les violences policières contre les Noirs en posant un genou à terre lors de l’hymne américain, Kaepernick est devenu une personnalité controversée aux Etats-Unis, célébrée par les uns et détestée par les autres, notamment par le président américain Donald Trump, entré en guerre ouverte à l’automne dernier contre les joueurs protestataires.

« L’un des sportifs les plus charismatiques de sa génération »

Colin Kaepernick n’a pas retrouvé d’équipe depuis l’expiration de son contrat avec San Francisco début 2017 et a attaqué en justice la Ligue nationale de football américain (NFL) qu’il accuse de collusion pour l’empêcher de poursuivre sa carrière.

Il est sous contrat depuis 2011 avec Nike qui, à la différence de la plupart de ses autres partenaires, n’a pas résilié son contrat de sponsoring. « Nous croyons que Colin est l’un des sportifs les plus charismatiques de sa génération qui utilise la puissance du sport pour faire bouger le monde », a expliqué au site internet de la chaîne ESPN Gino Fisanotti, dirigeant de Nike.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :