Publicités

Un an après Irma, “il s’agit aussi de reconstruire une société où il y avait peu de règles”

Philippe Gustin, préfet de Guadeloupe, a expliqué, mercredi sur franceinfo, qu’un an après le passage de l’ouragan il existait toujours des difficultés à faire venir des entreprises sur l’île de Saint-Martin. Des centaines de chantiers sont à l’arrêt ou au ralenti. 

Un an après le passage de l’ouragan Irma, la reconstruction de Saint-Barthélemy a bien avancé, mais elle est plus longue à Saint-Martin, a expliqué, mercredi 5 septembre sur franceinfo, Philippe Gustin. Pour le préfet de Guadeloupe, délégué interministériel pour la reconstruction des îles de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin, “il s’agit aussi de reconstruire une société où il y avait peu de règles”.

Philippe Gustin a estimé qu’“il faut surtout tirer les leçons d’Irma pour que, si d’autres cyclones surviennent, les réseaux résistent mieux”. Irma a engendré le départ de nombreuses personnes, a rappelé le préfet : “Sur les 8 000 personnes qui avaient quitté l’île, on estime qu’à peu près 5 000 sont revenues. On a 90% des élèves dans le secondaire et 80% dans le primaire qui étaient inscrits avant Irma et qui sont là à cette rentrée.”

On a du mal à faire venir des entreprises, parce que l’on n’arrive pas à loger les salariés. Cela explique que quand il s’agit de reconstruire avec des normes cela prend plus de temps.Philippe Gustinà franceinfo

Du côté des infrastructures, “il y avait plus de moyens à Saint-Barthélemy et la volumétrie était différente à Saint-Martin. À Saint-Martin, 95% du bâti ont été impactés, 20% ont été complétement détruits”, a précisé Philippe Gustin. Comme il s’agit d’îles, “il n’y a pas de continuité territoriale et tout est importé”.

Le problème c’est que le port principal de Saint-Martin “tournait à 20% de ses capacités d’avant Irma”, il y a encore peu de temps, a également ajouté le représentant de l’État. Il a aussi ajouté que 25% des réseaux électriques seront enfouis d’ici la fin de l’année : “On espère que dans les deux ans tout sera fait.”


Continuer à lire sur le site France Info

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :