Publicités

Florence a touché terre sur la côte est des Etats-Unis

Avec notre correspondante à Washington,  Anne Corpet

La pluie tombe en abondance et le vent souffle à plus de 120 km/heure. Quelques débris volent dans les rues désertes de Wilmington, des branches d’arbres brisées par la tempête ou des plaques de tôle arrachées. Robert Crisp vient de Georgie. Il n’a pas pu s’empêcher de sortir malgré le couvre-feu.

« C’est une expérience unique dans une vie. Je n’avais jamais été sous un ouragan donc je voulais voir ce que cela faisait d’être sous ce vent. Il y a de très fortes bourrasques qui peuvent presque vous jeter à terre mais je me sens bien. J’essaie de rester dans des zones où il n’y a pas trop de débris qui volent mais il faut faire attention parce qu’ils peuvent vous heurter très violemment et vous blesser sérieusement. »

→ RELIRE : [Reportage] Florence: les «chasseurs d’ouragans» sur le pied de guerre

Un peu plus loin, Ben Boyett sort de son bar pour évaluer les dégâts. Il a dormi à l’intérieur sur un matelas gonflable. « Ca aurait pu être pire. On va allumer notre générateur, l’électricité va revenir. La dernière fois cela a pris deux semaines pour rétablir le courant. Mais on a assez d’essence pour tenir trois semaines avec notre générateur, donc c’est bon ! »

Ben espère rouvrir son bar dès lundi. Situé à plus de cinq mètres au-dessus de la rivière, il pense échapper aux inondations.


Continuer à lire sur le site France Info

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :