Publicités

Typhon Mangkhut : à Hongkong, des gratte-ciel oscillent et des toits s’envolent

A Hongkong, après le passage du typhon Mangkhut, le 16 septembre 2018.

Après avoir causé la mort d’une cinquantaine de personnes dans le nord des Philippines, le supertyphon Mangkhut, considéré comme la plus puissante tempête de l’année, s’est abattu sur Hongkong où le plus haut niveau d’alerte (le signal T10) a été déclaré dimanche matin 16 septembre. Cet énorme ouragan, dont la superficie – environ 900 kilomètres de diamètre – est comparable à celle de la France, s’était affaibli en passant au-dessus des Philippines et a repris de la vigueur en mer de Chine du Sud.

A midi (heure locale), l’Observatoire météorologique de l’ancienne colonie britannique, devenue « région administrative spéciale de Chine » depuis 1997, indiquait avoir déjà enregistré des rafales de 256 km/h et des vents soutenus de 190 km/h, des vitesses dépassant les précédents records. L’ensemble du territoire était pris dans un ciel blanchâtre, avec des rugissements de vent régulièrement interrompus par des bruits de casse et d’effondrements de panneaux d’affichage, des poubelles décelées et du mobilier volant non identifié…

Lire aussi :   Typhon Mangkhut : une cinquantaine de morts aux Philippines, Hongkong en alerte maximum

Dans un abri dans le village de Lei Yu Mun lors du passage du typhon Mangkhut à Hongkong, le 16 septembre 2018.

Une immense grue tourne comme une girouette

Les quartiers normalement animés le dimanche étaient déserts. Par précaution et par habitude, les fenêtres des milliers de gratte-ciel de Hongkong avaient été croisées de grandes barres de ruban adhésif. Cela n’a pas empêché un immeuble de bureaux récent de perdre la plupart de ses fenêtres dans le quartier de Hung Hom, le vent se chargeant ensuite de le dépouiller. Des vidéos partagées sur les réseaux sociaux montrent, outre certaines façades éventrées, de lourdes branches d’arbres volant comme des brins de paille, une immense grue tournant comme une girouette, un haut mur s’effondrant et quelques toits qui s’envolent. A l’œil nu, certains immeubles ont l’air d’osciller.

Dans quelques villages des nouveaux territoires – partie continentale du territoire de Hongkong –, plusieurs zones ont été entièrement inondées, les voitures flottant comme des bouteilles à la mer se heurtant aux murs des maisons. Plusieurs échafaudages se sont décomposés et partiellement effondrés dans les quartiers très populaires de Causeway Bay et de Kowloon.

Dans les différents ports de Hongkong, la situation était également chaotique. Dans le port d’Aberdeen, au sud de l’île, plusieurs jonques – de gros bateaux de plaisance – se sont décrochées de leurs anneaux, certaines ont coulé. « Il y a tellement de bateaux amarrés que très rapidement les plus mal préparés ont lâché et ont emporté leurs voisins avec eux. Certains sont allés s’écraser de l’autre côté de la baie », indique le courtier maritime Anthony Rendall, qui est resté à bord de son bateau à voile dont une partie du pont a été arrachée.

Dans le port chinois voisin de Shenzhen, des dizaines de conteneurs sont tombés à l’eau. La marée basse prévue en fin de journée devrait atténuer la montée des eaux dans le port et sur toutes les parties inondables du territoire.

Lire aussi :   Y a-t-il des différences entre un typhon, un cyclone ou un ouragan ?

Le village de Lei Yu Mun à Hongkong, le 16 septembre 2018.

« Se préparer au pire »

Le trafic, quasiment inexistant, a été interrompu à plusieurs endroits névralgiques, certains ponts et tunnels ayant été bloqués par des débris. A l’aéroport de Hongkong, la plupart des vols ont été annulés et la compagnie aérienne Cathay Pacific a prévu l’annulation de plus de 400 vols sur les trois prochains jours.

L’œil du typhon est passé au plus près de Hongkong en début d’après-midi mais, selon les prévisions météo, la tempête devrait continuer à se faire sentir tout au long de la journée et une partie de la nuit de dimanche à lundi.

Hongkong est familier des typhons même si les supertyphons ou les alertes de niveau 10 restent exceptionnels. Depuis vendredi, les Hongkongais et les résidents de la côte du sud de la Chine ont été priés de « se préparer au pire » par les autorités. Tous les départements du gouvernement hongkongais ont activé leur plus haut niveau de plans d’urgence pour parer aux conséquences éventuelles. Les habitants de deux îles basses avaient été évacués samedi à titre préventif et plus de six cents personnes mal logées ont été accueillies dans des abris.

A Macao, à une heure de ferry sur l’autre rive du delta de la rivière des perles, où le supertyphon Hato avait fait douze morts en août 2017, le gouvernement a fait fermer tous les casinos samedi soir. En milieu de journée dimanche, les hôpitaux de Hongkong précisaient avoir traité 34 blessés. Même si certains experts parlent déjà de dizaines de milliards de dollars de dégâts, il est toutefois bien trop tôt pour évaluer l’ampleur des destructions.


Continuer à lire sur le site d’origine

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :