Publicités

Foot : Lyon surclasse Dijon (3-0), Marseille s’en sort face à Strasbourg (3-2)

Dans les autres rencontres de la soirée, les Girondins ont mis un terme à la bonne forme du Losc (1-0) tandis que Montpellier, malgré l’exclusion du vétéran Vitorino Hilton (83e), et Caen se sont neutralisés (2-2).

C’est toujours la soupe à la grimace pour Guingamp. Si les hommes d’Antoine Kombouaré n’ont certes pas perdu pour la première fois depuis le début de la saison avec le nul à Nîmes (0-0), ils ont frôlé la défaite avec ce penalty raté par le Croco Umut Bozok (45e+3), avant que Thuram (69e) et Landre (78e) ne sortent blessés.

Les résultats

Lyon enchaîne enfin…

La leçon de Caen, où les Rhodaniens avaient concédé, le 15 septembre, un décevant résultat nul (2-2) a, semble-t-il, quand même, été retenue même si la seconde période a été difficile pour Lyon. Lucas Tousart a été exclu à la 67e minute après deux avertissements alors que Tanguy Ndombélé et Terrier sont sortis sur blessure. Sur le côté positif, l’OL vient d’enchaîner en s’imposant en Ligue des Champions mercredi à Manchester City (2-1) puis en championnat dimanche contre Marseille (4-2) puis face aux Dijonnais, le genre d’adversaire devant lequel les Lyonnais ont parfois tendance à prendre de haut et à jouer au ralenti.

Cette fois-ci, Genesio était notamment privé du meneur de jeu Nabil Fekir, de l’attaquant Maxwel Cornet et du défenseur Ferland Mendy. Cela n’a pas empêché Lyon de prendre rapidement l’avantage avec les deux premiers buts de Dembélé avec sa nouvelle équipe. Alerté par Ndombélé, Dembélé a ouvert la marque d’un ballon piqué (16) avant de porter le score à 2-0 après un premier tir contré de Houssem Aouar (19). Peu avant la mi-temps, Martin Terrier a inscrit le troisième but de l’OL, son second personnel cette saison, en reprenant de la tête un centre délivré de l’aile droite par Rafael (36). 
    

Marseille retrouve le bon chemin…

Une victoire à lancer une saison: l’Olympique de Marseille a battu Strasbourg (3-2) dans le temps additionnel et à dix contre onze, une minute après avoir concédé l’égalisation. Les Marseillais, qui restaient sur deux défaites de rang, se sont évités une petite crise quand Valère Germain a battu Matz Sels (90+1). Le Racing, qui jouait en supériorité numérique depuis quarante minute et l’exclusion de Jordan Amavi, venait juste d’égaliser par Nuno Da Costa (89).

Dans un match fou, l’OM s’est remis à l’endroit une première fois grâce à un penalty de Dimitri Payet (41) et une frappe lumineuse de Morgan Sanson (45), répondant à l’ouverture du score en contre-attaque de Kenny Lala (27). La rencontre a aussi été animée par l’assistance vidéo à l’arbitrage, qui a confirmé le penalty sur Florian Thauvin comme le carton rouge contre Jordan Amavi, pour un pied haut sur Lala (52), une séquence de trois longues minutes. L’essentiel est là, mais l’OM a concédé ses 12e et 13e buts de la saison et possède la deuxième pire défense de L1.
 

Les réactions du soir:

Thierry Laurey (entraîneur de Strasbourg): “On s’est sabordé, c’est la deuxième fois que ça nous arrive après Saint-Étienne, il y a de quoi nourrir des regrets. J’ai dit aux joueurs que, sur 90 minutes, ils font un super match mais que le temps additionnel a été à vomir. On a cru à tort, moi aussi pour être honnête, qu’on avait fait le plus dur. Mais, quand tu joues contre une équipe avec des grands joueurs, même en infériorité numérique, il ne faut pas croire que c’est fini. En première mi-temps, on les a endormi mais, d’un coup de baguette magique, Marseille s’est réveillé, en trois minutes.”

Anthony Lopes (gardien de Lyon) : “Nous avons livré une très bonne période et c’était plus compliqué après la mi-temps. L’exclusion de Lucas (Tousart) ne nous facilite pas la tâche car nous étions déjà dans un moment compliqué, mais nous avons réussi à ne pas prendre de buts et repartir avec la victoire. Il y a eu beaucoup de solidarité et cela doit être notre force. Notre groupe est très sérieux et a beaucoup de qualités car il y avait pas mal de changements par rapport au match précédent. Il faut continuer d’afficher cette solidarité jusqu’à la fin du championnat et ainsi de belles choses peuvent nous arriver”.

Fabien Mercadal (entraîneur de Caen): “Ce nul a moins le goût de la frustration que les autres car cette fois-ci, on est mené au score. On cherche à gagner, j’espère que vous l’avez vu. On ne joue pas les nuls. Le stade aime cette équipe, c’est un socle solide sur lequel s’appuyer pour réussir enfin à gagner. Je savais que Montpellier avait de la qualité dans un domaine en particulier (les coups de pied arrêtés) et on l’a malheureusement vu. On est très satisfait du reste. On frappe le poteau à 2-2. Il va falloir un supplément d’âme pour battre Amiens. Mais dans le jeu, je ne crois pas qu’on puisse faire beaucoup plus.”


Continuer à lire sur le site France Info

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :