Publicités

“On est devenus la roue de secours du système” : le ras-le-bol des pompiers face à la violence et au manque de moyens

Les soldats du feu dénoncent les agressions dont ils sont victimes quasi-quotidiennement et les pressions budgétaires qui dégradent leurs conditions de travail.

Pour les 246 800 soldats du feu de France, sa mort a été le drame de trop. Le 4 septembre, à Villeneuve-Saint-Georges, dans le Val-de-Marne, Geoffroy Henry a été tué par un homme en pleine crise de démence qu’il était venu secourir. Un tel incident ne s’était pas produit depuis dix ans explique la Fédération nationale des sapeurs-pompiers. Face à cette violence qui les frappe, les pompiers professionnels, déjà soumis à des pressions budgétaires, font entendre leur colère. Des sapeurs-pompiers ont accepté d’en témoigner auprès de franceinfo.

Voir la vidéo

“Un pompier qui meurt en intervention sur un feu, on en a connu deux dans le Pas-de-Calais au début de l’année, on y est préparé, ça fait partie des risques du métier, on l’accepte. Mais dans le cas d’un secours à victime, c’est intolérable”, dénonce un adjudant du Pas-de-Calais, qui souhaite rester anonyme. “J’ai subi deux agressions physiques en trois mois”, témoigne un sergent-chef d’un grand centre de secours de région parisienne. A chaque fois, il intervenait “sur des personnes présentant des troubles psychiatriques”. En tentant de les maîtriser dans l’attente de l’arrivée de la patrouille de police, il a reçu un coup de poing et un coup de tête en plein thorax. “Moi, mon métier, c’est pompier, c’est secourir les gens, ce n’est pas d’aller maîtriser les personnes”, proteste-t-il.

Je n’ai pas fait pompier pour me faire taper ou me faire caillasser.Sébastien, sapeur-pompier en région parisienneà franceinfo

En 2016, 2 280 sapeurs-pompiers ont déclaré avoir été victimes d’agressions, selon l’Observatoire national de la délinquance. Un chiffre en hausse de 17,6% sur un an. A ces agressions s’ajoutent les violences urbaines auxquelles les soldats du feu ont fini par s’habituer. “Souvent, les 13 et 14 juillet, ce sont des interventions pour des feux de poubelle ou autres et ils nous attendent avec les cailloux, les cocktails Molotov, les jets de mortier”, relate presque détaché le sapeur-pompier francilien. 

“Avant, on avait un cas connu pour être violent sur le secteur. Maintenant, on se méfie de tout le monde”, résume le sapeur-pompier du Calaisis. “On n’est à l’abri nulle part. En cité, on peut tomber dans un guet-apens tendu par plusieurs individus. A la campagne, on peut n’avoir qu’un agresseur, mais il peut sortir un fusil de chasse.” “Auparavant, quand les pompiers arrivaient sur une rixe par exemple, cela avait tendance à calmer le jeu. Aujourd’hui, on n’impressionne plus”, poursuit Yann Moysan, secrétaire général FO SIS (Force ouvrière des services d’incendie et de secours). “Le sapeur-pompier porte l’uniforme, comme le policier. Il représente l’institution et, à ce titre, il est devenu une cible pour un individu qui veut s’en prendre à l’Etat”, analyse le syndicaliste, sapeur-pompier à Saintes, en Charente-Maritime.

“Le métier a changé”, observe Yann Moysan. “Auparavant, on appelait les pompiers pour des choses graves : un accident, une crise cardiaque, une chute…” Aujourd’hui, poursuit l’adjudant du Calaisis, “les pompiers sont appelés pour de la ‘bobologie'”. Et d’accuser : On est utilisés pour beaucoup de choses qui ne sont pas de notre ressort. Je suis devenu pompier pour porter secours et je me rends compte que je passe presque 80% de mon temps à aider quelqu’un qui ne veut pas prendre une ambulance privée ou qui ne veut pas appeler son généraliste parce que c’est payant. Quand on fait du secours aux personnes, bien souvent, ce ne sont pas des situations d’urgence. 

On est devenus la roue de secours du système. Et comme on est le dernier maillon de la chaîne, il faut bien qu’on y aille.Un adjudant sapeur-pompier du Pas-de-Calaisà franceinfo

“On a vraiment l’impression d’être là pour combler les déficits des autres services publics”, déplore Peter Gurruchaga, pompier professionnel à Garges-lès-Gonesse et secrétaire général CGT du Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) du Val-d’Oise. “On fait une intervention où, avant, on pouvait avoir le concours de la police rapidement, maintenant ce n’est plus le cas. Le Samu nous envoie sur des interventions qui ne sont plus de notre cœur de métier, parce que les ambulances privées ne veulent plus se déplacer dans certains quartiers, SOS Médecins non plus”, liste le représentant syndical. 

“On est le dernier rempart face à la misère sociale”, résume Ismaël Bernus, sapeur-pompier à Marcq-en-Barœul et représentant FO dans le Nord. En 2016, les sapeurs-pompiers de France ont ainsi réalisé plus 4 500 000 interventions. Une toutes les sept secondes.

Des gens qui sont alcoolisés sur la voie publique, c’est un délit, c’est une prise en charge par la police et on se retrouve à en faire régulièrement.Thomas Schmitt, secrétaire général CGT du SDMIS de Lyonà franceinfo

Et ce “dernier maillon de la chaîne” présente de sérieux signes d’usure. “Les Sdis sont très rares à créer des postes, au mieux on remplace les départs en retraite et encore”, regrette Yann Moisan. Entre 2015 et 2016, le nombre de sapeurs-pompiers a très légèrement diminué (-0,1%), soit environ 250 soldats du feu en moins. Mais chez les pompiers professionnels et militaires, cette baisse a atteint respectivement 0,8% et 1,3% des effectifs, selon les statistiques du ministère de l’Intérieur.

Mais depuis ces derniers chiffres officiels, les syndicats départementaux alertent sur des baisses drastiques de personnels au sein de leurs casernes. “Les effectifs de sapeurs-pompiers en France et dans le Val-d’Oise ne cessent de diminuer”, confirme Peter Gurruchaga. “Dans le département du Nord, on a perdu 250 sapeurs-pompiers professionnels en trois ans”, chiffre pour sa part Ismaël Bernus. “Dans le Calvados, on a perdu 75 ETP [équivalents temps plein] en quatre ans”, ajoute Wilfried Van Oost, sapeur-pompier depuis plus de 25 ans et délégué CGT dans l’agglomération de Caen. “Il n’y a pas une caserne où il n’y a pas un problème d’effectif”, assure l’adjudant du Sdis du Pas-de-Calais.

“Cet été, à Garges, on était censés être 12 à la garde à la journée et il est arrivé plusieurs fois qu’on soit à sept”, relève Peter Gurruchaga. “Ces problèmes d’effectifs font que les départs s’enchaînent.” Au cours de sa garde, un pompier peut ainsi partir en intervention à bord d’une ambulance pour secourir une victime, puis revenir dans sa caserne et repartir à bord du fourgon pour un incendie d’appartement. Et le syndicaliste de pointer : “A 4 heures du matin, après 20 heures d’intervention à être concentré, il y a une baisse de vigilance.”

“Sans arrêt, c’est aux sapeurs-pompiers de faire des efforts”, critique Thomas Schmitt. “On nous parle d’économies en permanence, de réduction des budgets, de réductions des coûts”, renchérit Ismaël Bernus. “On ne veut plus être victimes de ces gens qui gèrent le service public comme des entreprises du CAC 40”, tranche Peter Gurruchaga. Le budget global des Sdis était de 4,8 milliards d’euros en 2016, en baisse de 1,4% sur un an. Et les dépenses d’investissements ont quant à elles reculé de 50 millions, à 711 millions d’euros.

Pour Yann Moisan, les sapeurs-pompiers font les frais des politiques publiques. “Contrairement à la police ou aux hôpitaux, les services d’incendie et de secours sont départementalisés. Ils sont financés par les collectivités locales et au moins pour moitié par les départements. Or la baisse globale des dotations de fonctionnement de l’Etat aux départements, à travers notamment la réforme territoriale, entraîne une diminution des ressources pour les Sdis.” 

Je pose la question, si on parle en termes de finances : quel est le coût d’une vie ?Ismaël Bernus, délégué syndical FO du Sdis du Nordà franceinfo

“Cela fait quatre ou cinq ans que le Sdis du Calvados fonctionne à budget constant, évalue Wilfried Van Oost. Nécessairement, il faut couper ou réduire certaines lignes budgétaires. On va d’abord regarder le prix avant de regarder la qualité de ce qu’on achète.” Ailleurs aussi, on s’adapte : “On commence à voir des départements qui se regroupent pour procéder à des achats de camions, de vestes de protection…”

Afin d’obtenir davantage de moyens humains et matériels, mais aussi protester contre les cocktails Molotov reçus par des collègues en intervention, les sapeurs-pompiers du Gard ont employé les grands moyens, fin 2017, à coup de manifestations et de grêves illimitées. “On a délocalisé la caserne. On est restés pratiquement cinq semaines à camper devant la préfecture avec tous les véhicules. On s’est relayé jour et nuit. Et comme on avait décrété que notre caserne ne nous servait plus officiellement, on l’avait mise en vente sur Le Bon Coin, symboliquement”, raconte Patrice Cartagena, sapeur-pompier depuis vingt-neuf ans à Nîmes et secrétaire adjoint du syndicat SUD dans le Gard. 

Ces conditions de travail tendent à en dégoûter certains. “Certains collègues en ont ras le bol et on le voit de plus en plus”, assure Ismaël Bernus. “On a pas mal de nos collègues qui veulent changer de métier. Et c’est un métier de passion au départ”, admet Peter Gurruchaga. “De plus en plus de collègues prennent des disponibilités qui vont de six mois à dix ans sans solde pour exercer une autre activité, affirme Yann Moisan. Ce mouvement est lié au manque de moyens et au métier qui se durcit.”


Continuer à lire sur le site France Info

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :