Publicités

Le rappeur Mac Miller est mort d’une overdose

Selon le rapport du médecin légiste, c’est un “mélange toxique de drogues” qui est à l’origine de la mort du rappeur.

Le rappeur Mac Miller, qui s’était fait remarquer par ses chansons sur le président Donald Trump et une séparation difficile avec la chanteuse Ariana Grande, est mort accidentellement, après avoir absorbé un mélange de drogues et d’alcool, a révélé l’autopsie. L’artiste de 26 ans, de son vrai nom Malcolm McCormick, a été retrouvé à son domicile de Los Angeles le 7 septembre. Une enquête avait été ouverte pour déterminer avec précision les causes de son décès.

Selon le rapport du médecin légiste publié lundi 5 novembre, Mac Miller a succombé à un “mélange toxique de drogues” comprenant du fentanyl (un opiacé très puissant à l’origine d’une vague de décès sans précédent aux Etats-Unis), de la cocaïne et de l’alcool. “La cause du décès est bien accidentelle”, écrit le légiste.

Mac Miller est mort quelques mois après la fin de sa relation de deux ans, très médiatisée, avec Ariana Grande qui a été considérée parfois comme sa source d’inspiration. En mai, peu après leur rupture, il avait eu un accident de voiture et avait été inculpé pour conduite sous l’influence de drogues ou d’alcool. Il parlait ouvertement de ses problèmes d’addiction et avait dit à l’occasion de la sortie en août de son cinquième album enregistré en studio, Swimming, qu’il allait de mieux en mieux.

Dans un documentaire sorti en 2016, Mac Miller ne faisait pas mystère de ses addictions, rappelle le Hollywood Reporter : “Je me défonce, soyons clair. Je me défonce à mort, encore, tout le temps. Cela ne s’arrêtera jamais. Mais je contrôle ma vie.”

Né à Pittsburgh (Pennsylvanie), Malcolm McCormick a accédé à la célébrité en postant sa musique sur internet lorsqu’il était adolescent. Ses chansons comportaient un son minimaliste avec un rythme puissant rappelant les premières heures du rap. En 2011, il avait écrit une chanson dont le thème était “devenir immensément riche” et, en guise de métaphore, l’avait intitulée “Donald Trump”.


Continuer à lire sur le site France Info

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :