Publicités

DIRECT. Propos de Macron sur Pétain : la Licra dénonce un “symbole effroyable”, le Crif se dit “choqué”

Le président de la République, Emmanuel Macron, à Verdun (Meuse), le 6 novembre 2018. (AFP)

Ce qu’il faut savoir

La polémique enfle. “Evoquer les faits historiques et le rôle de Pétain en 14-18, c’est une chose. Lui rendre les hommages de la Nation au mépris de l’indignité nationale qui le frappe, c’est un symbole effroyable”, a dénoné la Licra dans un tweet après les propos d’Emmanuel Macron sur Philippe Pétain. Le chef de l’Etat a jugé “légitime” de rendre hommage samedi aux Invalides à Philippe Pétain, “grand soldat” pendant la Première Guerre mondiale

Ce qu’a dit Emmanuel Macron.“Le maréchal Pétain a été aussi, pendant la Première Guerre mondiale, un grand soldat”, a justifié Emmanuel Macron, tout en rappelant qu’il avait “conduit à des choix funestes” pendant la Seconde Guerre mondiale. “J’ai toujours regardé l’histoire de notre pays en face. (…) Je n’occulte aucune page de l’histoire”, a encore expliqué le président de la République.

Le Crif se dit “choqué”. Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) s’est dit lui “choqué” des propos du président. “La seule chose que nous retiendrons de Pétain, c’est qu’il a été, au nom du peuple français, frappé d’indignité nationale lors de son procès en juillet 45”, a rétorqué le président du Crif, Francis Kalifat, cité dans un communiqué.

Des responsables politiques s’insurgent. Plusieurs responsables politiques se sont également indignés des propos d’Emmanuel Macron. “Ses crimes et sa trahison sont imprescriptibles. Macron, cette fois-ci, c’est trop ! L’Histoire de France n’est pas votre jouet”, a écrit sur Twitter Jean-Luc Mélenchon. “L’itinérance mémorielle d’Emmanuel Macron est en réalité une incroyable errance éthique et morale”, a renchéri Benoît Hamon. 

Le porte-parle du gouvernement dénonce une “mauvaise polémique”. “Je ne rentrerai pas dans cette mauvaise polémique”, a, de son côté, déclaré le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux. Il a appelé à ne pas faire de “raccourcis douteux”, avant de citer le général de Gaulle, pour qui [la] gloire [de Pétain] à Verdun ne saurait être contestée ni méconnue par la Patrie”.


Continuer à lire sur le site France Info

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :