Publicités

“Aucun hommage ne sera rendu à Pétain samedi”, assure le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux

“Nous avions annoncé que nous honorerions les maréchaux de la Grande Guerre. Certains en ont déduit que Pétain en faisait partie. Ce n’est pas le cas”, promet le secrétaire d’Etat qui évoque une “confusion” après les propos d’Emmanuel Macron.

“Aucun hommage ne sera rendu à Pétain samedi. Il n’en a jamais été question”, assure Benjamin Griveaux, dans une tribune publiée dans la soirée du mercredi 7 novembre, au terme d’une journée du périple d’Emmanuel Macron sur les traces de la Grande Guerre perturbé par une polémique sur l’opportunité de rendre hommage à Pétain dans le cadre du centenaire de l’armistice de 1918.

Mercredi matin, juste avant le Conseil des ministres délocalisé à Charleville-Mézières (Ardennes), Emmanuel Macron a jugé “légitime” de rendre hommage, samedi lors d’une cérémonie aux Invalides, au maréchal Pétain, chef du régime de Vichy en 1940, mais protagoniste-clé de la bataille de Verdun un quart de siècle plus tôt. Le maréchal fût “pendant la Première Guerre mondiale, un grand soldat” avant de conduire “des choix funestes” pendant la Deuxième en collaborant avec le régime nazi, a expliqué le chef de l’Etat.

Face à l’ampleur de la controverse, l’exécutif a tenté de calmer le jeu. Dans une tribune publiée mercredi soir sur Facebook, le porte-parole du gouvernement précise que “nous avions annoncé que nous honorerions les maréchaux de la Grande Guerre. Certains en ont déduit que Pétain en faisait partie. Ce n’est pas le cas. S’il y a eu confusion, c’est que nous n’avions pas été suffisamment clairs sur ce point.”

Les maréchaux “dont l’honneur n’a pas été entâché” recevront, eux, un hommage, citant “Foch, Joffre, Lyautey, Franchet d’Esperey, Fayolle, Manoury”. Mais pas le maréchal Pétain, “qui a été frappé d’indignité nationale”Dans les propos qu’a tenus le président, il n’était nullement question d’hommage républicain mais de vérité historique” ajoute le secrétaire d’Etat. 

Mardi 6 novembre, le porte-parole des armées, le colonel Steiger, avait annoncé à l’AFP qu’un hommage serait rendu aux chefs militaires de la Grande Guerre, dont les huit maréchaux de Joseph Joffre au chef du régime de Vichy Philippe Pétain, samedi aux Invalides pour le centenaire de l’armistice à l’invitation du chef d’état-major des armées. Il devait s’agir d’une “cérémonie en hommage aux chefs militaires, du caporal au général” qui ne serait pas ouvert à la presse. Emmanuel Macron, chef des armées, ne devait pas y assister lui-même mais être représenté par son chef d’état-major particulier, l’amiral Bernard Rogel. 

Toutefois, le colonel Steiger précisait que les chefs de la Grande Guerre qui seront “nommément honorés” samedi par un dépôt de gerbe sont les cinq maréchaux de la Grande Guerre qui ont leur tombeau aux Invalides. 


Continuer à lire sur le site France Info

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :