Publicités

DOCUMENT FRANCE 3. Affaire Grégory : “Le monstre qui a fait ça, il doit payer, mais ce n’est pas nous”, assure Murielle Bolle

Murielle Bolle a donné rendez-vous aux équipes de France 3 chez elle, à Epinal (Vosges). Trente-quatre ans après la mort de Grégory, elle se confie pour la première fois. Ses trente-huit jours de prison à la suite de sa mise en examen en 2017 l’ont marquée. “J’ai été insultée de monstre, de tueuse d’enfants, c’était l’horreur”, confie-t-elle face caméra. Ses poursuites pour enlèvement et séquestration ont depuis été annulées, mais pour la justice, de nombreux témoins l’impliquent dans l’affaire.

Ses aveux en garde à vue, quinze jours après la mort de Grégory, pèsent lourd. À l’époque, l’adolescente affirmait qu’elle était au côté de Bernard Laroche le jour du rapt. Murielle Bolle dit avoir témoigné sous la contrainte et les insultes. Trois jours plus tard, l’adolescente rentre chez elle et va revenir sur ses déclarations devant le juge Jean-Michel Lambert. En 1985, Bernard Laroche est relâché, mais le père de Grégory, Jean-Marie Villemin, est persuadé de son implication et l’abat. Une mort que Murielle Bolle ne se pardonne pas. Dans son livre, elle dit comprendre la douleur des époux Villemin et s’adresse à eux.

Le JT

Les autres sujets du JT


Continuer à lire sur le site France Info

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :