Publicités

VIDEO. Démission de Nicolas Hulot : “Je n’arrivais plus à me mentir”

Le titre de ministre ? Nicolas Hulot avoue qu’il ne s’y est “jamais habitué”. A bord du train à crémaillère qui l’emmène de Chamonix jusqu’au fameux site alpin du Montenvers, il revient avec Thomas Sotto sur sa démission surprise le 28 août, dans la matinale de France Inter. Ce jour-là, avant de pénétrer dans le studio, il n’a pas prévu de quitter le gouvernement. “Je sais que ça peut paraître un peu difficile à croire”, concède Nicolas Hulot, mais “c’est sorti tout seul.” Avec ses collaborateurs, il avait pourtant préparé avec soin cette intervention radio, révisé quelques “éléments de langage”. Le déclic intervient en direct : “A partir du moment où je restais, je cautionnais les choses”, glisse l’ex-ministre.

Cette interview, “je ne savais pas où elle allait me mener”, lance Nicolas Hulot à Thomas Sotto. Même s’il a envisagé de démissionner avant cet entretien de rentrée, il prévoyait de s’exprimer sur les sujets qui avaient fait la une des médias durant l’été, “les inondations, les sécheresses, les incendies…”

“Pas à la hauteur des enjeux”

“J’ai été triste, mais en même temps libre”, se souvient-il, “triste car j’ai de l’estime, et presque de l’amitié pour le président.” Avec Emmanuel Macron, “on n’a pas réussi à se comprendre”, poursuit Nicolas Hulot, “on ne mesurait pas la même gravité, on n’avait pas le même diagnostic sur l’état de la planète et sur les menaces qui pèsent sur l’humanité”.

L’urgence climatique, les ravages de l’Homme sur l’environnement ? De temps en temps, “j’arrive à occulter”, assure-t-il, “mais à un moment, j’arrive pas. Ça a probablement expliqué à un moment ou à un autre la décision que j’ai prise : je n’arrivais plus moi-même à me mentir.”  

Extrait d’un reportage diffusé dans “L’Emission politique” le 22 novembre 2018.  


Continuer à lire sur le site France Info

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :