Publicités

VIDEO. Le Black Friday, un vendredi noir pour notre planète

Le Black Friday, symbole mondial de la consommation de masse, a un impact écologique très important. S’il était un pays son PIB serait celui du Liban soit 58 milliards de dollars. C’est en effet ce que les Américains ont dépensé pendant cette période en 2017.

En tête de liste des ventes, on retrouve les vêtements : nous en achetons 60 % de plus qu’au début des années 2000. Paradoxalement, l’équivalent d’un camion de vêtements est jeté chaque seconde dans le monde. Un gâchis qui s’explique notamment par la durée d’utilisation de nos habits, divisée par deux en 15 ans.

Arrivent ensuite les appareils électroniques, eux aussi très convoités. Fréquemment renouvelés, ils produisent d’immenses quantités de déchets électroniques. Seuls 20 % ont été recyclés pendant que le reste pollue l’environnement.

Le Black Friday implique aussi un pic d’achats en ligne. Rien qu’en 2017, le Royaume-uni a utilisé 82 000 vans et camions diesel pour assurer les nombreuses livraisons. De plus, une partie des produits commandés en ligne sont renvoyés par les clients et jamais revendus… La raison ? Leur reconditionnement est jugé trop compliqué.

Face à cela, certains commerces font le choix de fermer ce jour-là. “On veut dire stop au Black Friday, il n’est ni bon pour l’homme ni pour la planète et ça ne va pas dans le bon sens“, regrette Emery Jaquillat, le président de la Camif.


Continuer à lire sur le site France Info

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :