Publicités

DIRECT. “Gilets jaune” : 106 000 manifestants dans 1619 actions en France, annonce le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #GILETS_JAUNES

19h51 : Quant aux dégâts pour les commerces des Champs-Elysées, on ne dispose pas de bilan, mais plusieurs d’entre eux ont été vandalisés, quand d’autres n’ont tout simplement pas pu ouvrir.

19h51 : Au dernier pointage, 19 personnes ont été blessées lors de la manifestation parisienne, dont 4 parmi les gendarmes et policiers.

19h48 : C’est quoi votre source ? Le syndicat France Police – Policiers en colère, qui est proche du FN et qui a obtenu un score dérisoire aux dernières élections professionnelles ? Il avait aussi diffusé des chiffres très élevés la semaine dernière.

19h47 : 750 000 GILETS JAUNES DANS TOUTE LA FRANCE

19h42 : “Je pense qu’il est essentiel que les journalistes puissent librement faire leur métier”, réaffirme Christophe Castaner, qui recevra le journaliste de BFM-TV frappé par des manifestants la semaine dernière. “Ce qu’on constate, c’est le rejet des institutions, et pour certains, vous en faites partie.”

19h40 : “A l’heure qu’il est, nous gérons la fin de cette manifestation, avec des groupes qui cherchent à nous harceler”, indique le préfet de police de Paris Michel Delpuech. “Nous resterons le temps qu’il faudra, le temps que la situation revienne au calme”.

19h38 : “A peu près la moitié de la capitale a été fermée pour 8 000 manifestants, alors qu’on gère très bien des cortèges de centaines de milliers de personnes”, constate Christophe Castaner, interrogé sur le fait qu’il n’ait pas interdit purement et simplement l’avenue.

19h35 : “Les Champs-Elysées, c’est un terrain d’action qui est compliqué, avec beaucoup de commerces et de touristes”, insiste Laurent Nunez.

19h34 : Laurent Nunez, secrétaire d’Etat, parle d’un “usage de la force proportionné, avec des canons à eaux et des gaz lacrymogènes, pour éviter un trop grand nombre de blessés.”

19h31 : 42 personnes ont été interpellées à Paris, et 130 au total dans toute la France, précise Christophe Castaner.

19h31 : Christophe Castaner souligne que selon le décompte de la police, il y a eu 12 000 manifestants dans le cortège de #noustoutes, “qui ont joué le jeu et il n’y a pas eu d’incident”.

19h30 : Christophe Castaner ne met pas tous les manifestants des Champs-Elysées dans le même sac, et insiste sur la présence de gilets jaunes pacifiques sur la grande artère parisienne.

19h29 : “On a vu toute la difficulté qu’on eu nos forces de sécurité à se mobiliser pour assurer la sécurité des manifestants. Face aux violences, face aux provocations, ils ont su garder leur sang froid.”

19h27 : “Les réseaux d’ultra-droite étaient très mobilisés, et sont intervenus dès 10h30 à Paris”, indique Christophe Castaner.

19h27 : Christophe Castaner détaille différents type d’actions, en commençant par ceux qui ont eu une attitude bon enfant. “On peut se féliciter qu’on ait eu une baisse du nombre de blessés, mais il y a eu des incidents graves. Je pense à Villefranche, où nos services sont en train de reprendre un pont où des manifestants organisent des caillassages. Et évidemment, il y a ce qu’on a pu constater à Paris.”

19h25 : Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, annonce que le décompte final fait état de 106 000 manifestants dans toute la France (sur 1 619 lieux), soit environ trois fois moins que la semaine dernière.

19h20 : “Pas de place pour ces violences dans la République.”

Emmanuel Macron vient de réagir aux violences de la manifestation des gilets jaunes sur les Champs-Elysées par un tweet.

19h19 : On attend un point presse de Christophe Castaner (qui était prévu à 19 heures mais qui se fait attendre). Selon le porte-parole de la préfecture de police sur BFM-TV, un des manifestants est gravement blessé à la main.

Par ailleurs, la manifestation qui a dégénéré sur les Champs-Elysées a fait 20 blessés, et 30 interpellations.

19h15 : Selon une journaliste de 20 minutes, les affrontements entre police et manifestants se poursuivent dans les rues adjacentes aux Champs-Elysées.

18h58 : Selon nos camarades de France 3 Occitanie, une équipe de BFM-TV a été pourchassée par 50 gilets jaunes dans les rues de Toulouse, tout à l’heure. L’un des journalistes a dû se réfugier dans un commerce avant d’être exfiltré par la police. “Ce qui s’est passé ensuite était une véritable tentative de lynchage“, raconte un témoin.

18h40 : @anonyme J’ai vu passer cette affirmation sur les réseaux sociaux, notamment sur le compte Twitter de Frank Buhler, un des leaders du mouvement (dont nous brossons le portrait ici). La SNCF ne fait état d’aucun blocage, il y a bien quelques trains qui ont eu des soucis, mais rien d’anormal.

D’une façon générale, je vous encourage à la méfiance quant aux théories du complot 🙂

18h39 : Des trains de “Gilets jaunes” ont-ils été bloqués avant d’arriver à Paris? Vraie info ou fake news ?

18h32 : Si vous sortez à peine d’une grotte, voilà le résumé de la journée sur les Champs-Elysées, marquée par un incendie et des heurts.

(FRANCEINFO)

18h29 : Interrogé ce soir sur franceinfo, le politologue Stéphane Rozès appelle à ne pas ramener le mouvement des gilets jaunes aux violences vues aujourd’hui. “Ce serait également dangereux que de signer [le mouvement des gilets jaunes] comme venant de l’extrême-droite. […] Il faut être très prudent.” Voici son décryptage.

(FRANCEINFO]

18h19 : Et tant qu’on est sur un tunnel de chiffres, environ 400 manifestants sont toujours dans le brouillard de gaz lacrymogène.

18h25 : Cher @Ginie 6221, vous êtes victime d’une “fake news” qui circule depuis un an et demi. Je vous invite à lire cet article du Monde qui démonte cette fausse nouvelle.

18h16 : Pourquoi personne ne parle du fait que nous n’avons plus de Constitution depuis le 01.01.2017 ? lisez le décret 2016-1675 du 5.12.2016 paru au JO n°283 du 6.12.2016.

18h15 : Selon un journaliste du Figaro, il est question de remettre le gilet jaune samedi prochain (les modalités sont encore très floues);

18h06 : On est bien loin des câlins avec les policiers au lendemain des attentats 😔

18h05 : Vous vous demandez qui sont les manifestants massés sur les Champs-Elysées ? Si le dispositif de sécurité était suffisant ? Comment les manifestants ont-ils réussi à bricoler des barricades ? On répond à vos questions sur les incidents de la manif du jour dans notre article.


(FRANCOIS GUILLOT / AFP)

18h04 : @anonyme : Les CRS sont en train de repousser les manifestants pour dégager la voie. Ces derniers répliquent en leur lançant des projectiles.

18h01 : Les forces de l’ordre tentent de faire évacuer les Champs-Elysées pour de bon, et se heurtent à une certaine résistance. Les gaz lacrymogènes volent bas, on vient de le voir sur notre antenne où un de nos journalistes s’est retrouvé au milieu du nuage.

17h43 : La nuit tombe, et le feu alimenté par une poignée de gilets jaunes est toujours aussi impressionnant sur les Champs-Elysées.

17h40 : On s’en doutait un peu, le tweet d’Anne Hidalgo qui invitait les gens à voir les décorations de Noël sur les Champs-Elysées était programmé d’avance, et a été effacé aussi sec, explique son chargé de communication.

17h31 : “La manifestation des Champs-Elysées est d’ultradroite”, estime l’historien des mouvements sociaux Sylvain Boulouque. Les symboles brandis par les manifestants et la logique d’affrontement montrent la couleur politique du rassemblement émaillé d’incidents sur l’avenue parisienne, avance-t-il sur franceinfo.

(FRANCEINFO)

17h21 : Oups ! Un tweet programmé d’Anne Hidalgo vient d’inviter les Parisiens à admirer les décorations de Noël sur les Champs-Elysées. Chute à l’arrière, comme on dit dans le vélo.

17h11 : Vous êtes fatigués ? Pas les “gilets jaunes”, qui pourraient poursuivre leurs actions jusqu’à tard ce soir, selon le syndicaliste de SGP-Unité Police-FO Yves Lefebvre, interrogé par franceinfo :

“Je retiens quelques centaines de casseurs d’extrême droite, d’extrême gauche qui viennent pour en découdre avec les forces de l’ordre et dénaturer ce mouvement citoyen des gilets jaunes, et qui risque de durer jusqu’à très tard ce soir. (…) Les individus qui sont là aujourd’hui, ils ne sont pas là pour défendre et revendiquer légitimement, comme la majorité des ‘gilets jaunes’, mais pour se faire du flic.”


(BENJAMIN ILLY / FRANCE INFO)

17h06 : Si vous prenez la route ce soir, notamment les autoroutes, ce n’est pas une très bonne idée. Selon le point de situation de Vinci Autoroutes, une douzaine d’axes sont bloqués :

“Des barrages filtrants sont en cours notamment sur la barrière de Vienne sur l’A7, à la Barque, à Capitou et à Antibes sur l’A8, au niveau de la frontière espagnole sur l’A9, à Saint-Arnoult en Yvelines sur l’A10, à Ancenis et Corzé sur l’A11, à Montauban sur l’A20, la Ciotat et à Bandol sur l’A50, à Pont de l’Etoile sur l’A52, à Saint-Martin de Crau sur l’A54, à Saint Selve sur l’A62, à Pamiers sur l’A66, à Biarritz et Benesse Maremne sur l’A63, la Gravelle sur l’A81, au Bignon sur l’A83, à Beaulieu et la Roche sur Yon sur l’A87, à Saint Germain Les Vergnes sur l’A89, à Cabariot sur l’A837. Ces manifestations entrainent des ralentissements. A hauteur de Virsac, l’A10 étant coupée dans les deux sens, des déviations par l’A89 puis l’A20 sont en place pour contourner cette zone et rejoindre le Nord.

16h56 : Les gilets jaunes sur Paris ça devient n’importe quoi. Pas besoin de casser et brûler… Les réparations nous allons les payer avec nos impôts réfléchissez !

16h56 : Petit point interpellations à l’heure du goûter : on en compte 26 à Paris et 43 dans toute la France.


Continuer à lire sur le site France Info

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :