Publicités

« Il se mettait à nous caresser » : un prêtre soupçonné d’agressions sexuelles sur mineurs mis en examen à Nice

Article réservé aux abonnés

Un prêtre niçois soupçonné d’agressions sexuelles sur mineurs a été mis en examen et placé en détention provisoire dans la soirée du jeudi 22 novembre, fait rare dans ce type d’affaire. Suspendu par le diocèse, Jean-Marc Schoepff, âgé de 61 ans, était aumônier dans plusieurs lycées privés de la ville, notamment à l’Institution Stanislas. Il a été au contact de jeunes adolescents pendant plus de trente-cinq ans, notamment lors des camps de vacances et voyages à l’étranger qu’il organisait pour les jeunes de la paroisse.

Une information judiciaire avait été ouverte en mai par le parquet de Nice pour « agressions sexuelles sur mineurs par personne ayant autorité ». Selon une source proche du dossier, au moins une des plaintes ne relève pas du délai de prescription, le prêtre étant resté en contact avec des jeunes garçons jusqu’à sa suspension l’an dernier, ordonnée par la préfecture. Le curé avait été alors écarté de toute mission auprès de la jeunesse, mais continuait à officier la messe.

Thomas Bidart, assistant réalisateur de 42 ans, à l’origine de l’enquête, avait été la première victime à parler. Après avoir porté plainte en janvier 2017 pour des attouchements subis alors qu’il avait 12 ans, faits aujourd’hui prescrits, il a témoigné à visage découvert sur France 3 Côte d’Azur en février 2018, invitant d’autres victimes à porter plainte elles aussi.

« Il venait se mettre contre nous, la nuit »

Les faits que relatent Thomas Bidart se déroulent dans un studio à Auron, station de ski dans l’arrière-pays niçois lors d’un voyage d’hiver. Il a alors 13 ans. Cette nuit-là, raconte-il, alors qu’il dormait sur le sol avec une dizaine d’autres garçons présents, le jeune adolescent est réveillé par le prêtre qui tenait son sexe dans sa main. « Je lui ai poussé le bras, lui ai demandé ce qu’il faisait, et il m’a répondu qu’ilvérifiait si je grandissais bien de partout », raconte Thomas Bidart. Le jeune garçon n’en parle à personne. Le curé est un notable de la bourgeoisie niçoise et très apprécié dans sa communauté – jusqu’au sein de la famille Bidart, chez qui il dîne régulièrement. « Je me disais qu’il débordait de tendresse et que ça débordait un peu plus sur moi. A l’époque, je me disais qu’il était un bon prêtre et qu’il faisait plein de choses bien. J’ai jaugé du haut de mes 14 ans que je ne me sentais pas vraiment traumatisé, que si on mettait dans une balance le mal qu’il m’avait fait comparé au bien qu’il faisait, ça n’était pas une bonne chose d’aller le dénoncer à la police… »


Continuer à lire sur le site d’origine

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :