Publicités

Boris Vallaud (PS) demande “un moratoire” sur la hausse des taxes sur les carburants

Le député socialiste des Landes et porte-parole du PS réclame également la tenue “d’états généraux du pouvoir d’achat et de la transition écologique”.

Invité de Questions politiques sur France Inter et franceinfo dimanche 25 novembre, Boris Vallaud, député socialiste des Landes et porte-parole du PS, est longuement revenu sur la mobilisation des “gilets jaunes”. Il a notamment demandé que la hausse des taxes sur les carburants “prévue au 1er janvier prochain” fasse “l’objet d’un moratoire”, et souhaité la tenue “d’états généraux du pouvoir d’achat et de la transition écologique”.

Au lendemain des heurts qui ont émaillé la manifestation des “gilets jaunes” sur les Champs-Elysées, Boris Vallaud a d’abord condamné “avec fermeté” les violences, se refusant toutefois à “réduire le mouvement à cela.” Interrogé sur une possible perte de contrôle du mouvement par les “gilets jaunes” eux-mêmes, le député des Landes a répondu que “oui, à certains égards”. “On l’a vu sur les Champs-Élysées. Moi, les ‘gilets jaunes’ que j’ai rencontrés sont ceux qui étaient sur les ronds-points dans les Landes autour de Mont-de-Marsan et de Dax dans ma circonscription. J’y ai vu des jeunes actifs qui n’arrivent plus à boucler les fins de mois et qui ont un sentiment d’injustice considérable”, explique Boris Vallaud, qui ajoute toutefois que s’il y a “une souffrance dans le pays, une exaspération, un ras-le-bol, on ne peut pas réduire ce ras-le-bol qu’aux ‘gilets jaunes'”.

Dans ce contexte, le porte-parole du PS demande que la hausse des taxes sur les carburants “prévue au 1er janvier prochain” fasse “l’objet d’un moratoire” car, selon lui, cet “argent ne va pas à la transition écologique”. Il regrette qu’aujourd’hui “dans les propositions du gouvernement il y a deux victimes : le pouvoir d’achat des Français et la transition écologique”.

En plus d’un moratoire sur les taxes sur les carburants, Boris Vallaud demande la tenue “d’états généraux du pouvoir d’achat et de la transition écologique”. Le député socialiste considère que sur ces questions, le gouvernement “de temps en temps, semble faire. Mais bien souvent, il fait semblant (…) La suppression de l’ISF, la suppression de la ‘flat tax’ pour les plus riches, c’est tout de suite ! Et puis pour les autres, c’est plus tard”, déplore-t-il.


Continuer à lire sur le site France Info

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :