Publicités

Chine : un chercheur affirme avoir aidé à la conception de bébés génétiquement modifiés

He Jiankui explique qu’il n’a pas cherché à guérir ou à prévenir d’une maladie héréditaire, mais avoir essayé de conférer à l’embryon une capacité à résister à une éventuelle infection au VIH.

Si cette découverte se confirme, elle marquera un tournant historique en matière de sciences et d’éthique. Le chercheur chinois He Jiankui assure avoir aidé à la conception des premiers bébés génétiquement modifiés au monde, rapporte l’agence Associated Press (en anglais), lundi 26 novembre. Deux jumelles sont nées dans le cadre de ses recherches.

Ce chercheur de l’université de Shenzhen affirme avoir modifié les embryons de sept couples suivant des traitements pour la fertilité. Il explique qu’il n’a pas cherché à guérir ou à prévenir une maladie héréditaire, mais avoir essayé de conférer à l’embryon une caractéristique dont peu de personnes dispose : une capacité à résister à une éventuelle infection au virus du sida, le VIH.

Cette prouesse médicale revendiquée par He Jiankui n’a pas fait l’objet d’une vérification indépendante, ni d’une publication dans une revue scientifique.

Plusieurs scientifiques ont été stupéfaits par cette annonce et l’ont vivement critiquée. Kiran Musunuru, médecin à l’université de Pennsylvanie et rédacteur en chef d’une revue sur la génétique, a qualifié d’“inacceptable” cette “expérience sur des êtres humains qui n’est pas défendable moralement et éthiquement”. Un généticien de renom, George Church, de l’université de Harvard, a cependant pris la défense du chercheur chinois, jugeant “justifiable” cette expérience à l’aune de la menace que représente le VIH pour la santé publique.


Continuer à lire sur le site France Info

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :