Publicités

Affaire Daval : révélations sur une trace d’ADN

L’affaire Daval n’a pas fini de livrer ses secrets. Après plusieurs rebondissements, les parties civiles pourraient bien avoir mis la main sur un nouvel élément déterminant, dévoile Franceinfo. Dans une lettre du 25 novembre 2018 adressée à l’un de ses avocats, Grégory Gay, le beau-frère d’Alexia, explique avoir trouvé un élément troublant dans le dossier auquel ont accès les parties civiles. Un ADN avait été découvert dans la voiture qui a servi à transporter le cadavre d’Alexia, la nuit de sa mort, au scénario encore assez flou.

Mais le jeune homme s’est rendu compte que cet ADN était bien présent ailleurs dans le dossier. Il s’est « rendu compte que l’ADN inconnu est en fait celui de Martine Henry », la mère de Jonathann Daval. Ce cheveu a été découvert sur une planche de bois dans le coffre de la voiture, qui comportait aussi les ADN d’Alexia et de Jonathann. « Le fait que les ADN de Jonathann, Martine et Alexia soient retrouvés au même endroit sur cette plaque de bois nous pose bien évidemment question », explique Grégory Gay dans son courrier. Il veut, d’après Franceinfo, « savoir quelles actions vont être menées, quelles sont les mesures qui vont être prises pour faire suite à cette découverte qui donne un tout nouvel angle à cette affaire ».

Lire aussi Affaire Daval : quand les avocats se battent pour défendre Jonathann

Confrontation avec la famille

Pendant plusieurs mois, Jonathann Daval a joué la comédie du veuf éploré, prétendant que sa femme avait disparu lors d’un jogging. Il a ensuite reconnu l’avoir tuée en janvier dernier, avant d’évoquer finalement la piste d’un complot familial et d’accuser son beau-frère. Le mis en examen doit être reçu par le juge ce jeudi, avant une confrontation avec la famille d’Alexia début décembre.

Lire aussi Meurtre d’Alexia : « On verra ce que donnera la nouvelle version de Jonathann Daval »


Continuer à lire sur le site d’origine

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :