Publicités

DIRECT. Eric Drouet, figure des “gilets jaunes”, visé par une enquête pour “provocation à la commission d’un crime” après des propos tenus sur BFMTV

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #GILETS_JAUNES

14h34 : Voici les articles qui vous intéressent le plus, en ce moment, sur le site :

• “Choquant”, “intolérable” : les images de l’arrestation des 151 adolescents à Mantes-la-Jolie suscitent l’indignation à gauche

Des lycéens à genoux, mains sur la tête : ce que l’on sait de l’interpellation collective de 151 adolescents à Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines

ENQUÊTE FRANCEINFO. Pourquoi l’ultradroite a-t-elle embrassé la cause des “gilets jaunes” ?

14h14 : Comme nous vous le disions un peu plus tôt, la figure des “gilets jaunes” Eric Drouet est visé par une enquête. Alors qu’on lui demandait dans une interview diffusée mercredi soir sur BFMTV ce qu’il comptait faire samedi une fois devant l’Elysée, il avait répondu “on rentre dedans”. Dans une vidéo postée jeudi sur Facebook, Eric Drouet s’est défendu d’avoir appelé à commettre des violences.

14h09 : De nombreux commerçants se préparent à la manifestation à Paris et barricadent leur boutique pour éviter des dégats, comme le montre cette journaliste de BFMTV.

13h36 : Cent-soixante-quinze citoyens dont des personnalités comme Cyril Hanouna, Thierry Lhermitte ou l’ex-Miss France Sonia Rolland ont lancé un appel au calme sur le site du Parisien, avant la journée d’actions des “gilets jaunes” samedi. “Nous disons solennellement: cela doit s’arrêter et le dialogue doit prendre le relais”, lancent les signataires.

13h27 : La rencontre entre la France et la Suède, prévue samedi dans le cadre de l’Euro 2018 de handball, est reportée à dimanche, en raison des manifestations “des gilets jaunes”, rapporte L’Equipe.

13h23 : Le parquet de Paris a ouvert cette enquête à la suite d’un signalement du préfet de police de Paris visant les propos tenus sur BFMTV le 5 décembre. Eric Drouet sera entendu dans le cadre de cette enquête dont l’objet est de faire préciser la portée des propos qu’il a tenus.

13h20 : Une enquête a été ouverte contre l’une des figures des “gilets jaunes”, Eric Drouet, pour “provocation à la commission d’un crime ou d’un délit” et “organisation d’une manifestation illicite

13h19 : L’Élysée vient d’opposer une fin de non-recevoir à la demande du mouvement des “gilets jaunes libres” de rencontrer Emmanuel Macron cet après-midi, a appris France Inter. Cette demande émanait des “gilets jaunes” “modérés” parmi lesquels on trouve Jacline Mouraud et Benjamin Cauchy

(DAMIEN MEYER / AFP)

13h06 : Une personne qui voulait “dégommer des monuments et tuer la République” a été interpellée à Limoges (Haute-Vienne), a annoncé Christophe Castaner. “Apparaissait d’ailleurs sur son Facebook un message qui considérait ‘qu’un bon flic était un flic crevé’”, indique le ministre de l’Intérieur.

12h38 : Il est l’heure de faire un tour des meilleurs articles publiés depuis ce matin sur le site :

• Pourquoi l’ultradroite a-t-elle embrassé la cause des “gilets jaunes” ?

• VIDEO. Quand les “Gaulois réfractaires” reprennent à leur compte les petites phrases d’Emmanuel Macron

VIDEO. Pendant une semaine, j’ai mesuré la qualité de l’air que je respire (et le résultat n’est pas rassurant)

12h33 : “Nous appelons à ne pas venir manifester à Paris. La France des oubliés s’exprimera en région”, lance Benjamin Cauchy, figure des “gilets jaunes” (et plus exactement des “gilets jaunes libres”).

12h23 : Les autorités annoncent la saisie de 28 cocktails Molotov et de 3 bombes artisanales à Montauban (Tarn-et-Garonne

12h21 : “La violence est contraire aux valeurs de notre République. Samedi, prenez soin de Paris”, lance Anne Hidalgo en direction des “gilets jaunes”.

12h33 : Nous sommes unis à vos côtés dans ces moments de vives inquiétudes, lance Anne Hidalgo, maire de Paris. Je vous invite à faire preuve de prudence, de sérénité et de sang froid. Votre sécurité est la priorité absolue.”

12h17 : “158 stations Vélib’ seront fermées demain, les commerçants ont reçu des prescriptions de sécurité de la part de la préfecture de police”, indique la maire de Paris.

12h16 : “J’ai décidé d’activer la cellule du crise de la ville de Paris qui suivra l’évolution de la situation, annonce la maire de Paris, Anne Hidalgo. Nous avons aussi enlevé plus de 2 000 éléments de mobiliers urbains pour éviter qu’ils soient utilisés comme projectiles.”

11h22 : Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a annoncé, lors de sa conférence de presse son souhait de déposer plainte contre Nicolas Dupont-Aignan. Si vous avez loupé la séquence, elle est à revoir ici :

11h07 : Interrogé par “Quotidien”, mardi, sur l’appel à manifester qui a été émis pour ce samedi, Nicolas Dupont-Aignan a effectivement estimé que ce sont les petits casseurs de monsieur Castaner” qui ont endommagé l’Arc de triomphe, samedi 1er décembre. La séquence a été isolée par le HuffPost.

11h00 : “On verra si ce monsieur osera nous opposer son statut de parlementaire. Il ajouterait alors la honte à l’indignité”, précise le ministre.

11h27 : “J’ai décidé de porter plainte à l’intention de M. Dupont-Aignan qui sans vergogne a osé affirmer à l’Assemblée nationale que ce sont ‘les petits casseurs de M. Castaner qui ont saccagé l’Arc de triomphe'”, annonce le ministre de l’Intérieur.

11h22 : Christophe Castaner rappelle désormais le “dispositif de grande envergure”dispositif de grande envergure” qui sera installé “partout en France” demain : 89 000 forces de l’ordre mobilisées, dont 8 000 à Paris, où des véhicules blindés de la gendarmerie seront aussi mobilisés. “Je ne dévoilerai pas d’avantage le dispositif qui va être mis en place” pour des raisons de sécurité précise néanmoins le ministre, invitant les journalistes à ne pas “renseigner les casseurs”.

10h54 : “10 000 [manifestants], ce n’est pas le peuple, ce n’est pas la France, c’est une petite minorité.”

Le ministre de l’Intérieur estime que les “gilets jaunes” ont franchi les limites de la légalité Républicaine”, égrainant les dégradations d’une préfecture, de l’Arc de triomphe ou les “agressions envers les journalistes” ou les députés LREM. Il pointe ausis du doigt une haine nourrie par les complotistes de tout poil”.

10h52 : “Il faut distinguer l’expression pacifique de cette colère et les violences inacceptables qui se sont multipliées ces trois dernières semaines. Il est loin le 17 novembre (…) où des gens ont occupé des ronds-points sans hargne, sans intention belliqueuse.”

10h48 : “Cette colère je l’ai entendue, comme le gouvernement l’a entendue. Des gestes ont été faits.”

Le ministre de l’Intérieur s’exprime depuis la place Beauvau, à Paris, sur le mouvement des “gilets jaunes”.

10h46 : Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, s’exprime en direct depuis la place Beauvau, concernant le dispositif des forces de l’ordre qui sera mis en place demain à Paris.

10h47 : La Marche pour le climat de samedi est maintenue dans la capitale, mais son itinéraire a été modifié, pour prendre en compte les risques de débordement liés à la mobilisation des “gilets jaunes”. Prévue initialement au Trocadéro, elle se déroulera de la place de la Nation à celle de République, sur recommandation de la préfecture de police de Paris.

(MAXPPP)

10h35 : Afin de garantir la sécurité des collaborateurs de Radio France à Paris et en régions et de ses publics, la Maison de la radio sera fermée au public demain, de 8 heures à 6h30 dimanche. Par conséquent, tous les concerts, ateliers et visites en public prévus samedi à la Maison de la radio sont annulés. Le restaurant Radioeat et le bar Belair seront également fermés.

10h28 : Bonjour @anonyme, oui la préfecture a bien le droit d’interdire certaines manifestations. L’article L211-4 du Code de la sécurité intérieure dispose que “si l’autorité investie des pouvoirs de police estime que la manifestation projetée est de nature à troubler l’ordre public, elle l’interdit par un arrêté qu’elle notifie immédiatement aux signataires de la déclaration au domicile élu”. Et indique que le représentant de l’Etat dans le département (le préfet) peut également le faire.

10h25 : Bonjour, est-il légal d’interdire les manifs des gilets jaunes comme le fait la préfecture du Pas-de-Calais ? n’est-ce pas une entrave à la liberté d’expression ?

10h24 : Ces arrêtés s’inscrivant “dans le cadre de la loi de la sécurité intérieure” concernent quatre endroits donnant notamment accès au réseau autoroutier, de vendredi minuit à dimanche midi. Voici les endroits concernés par ces interdictions de manifester :

Calais : au niveau de l’échangeur 43 de l’autoroute A16 et dans les rues adjacentes ;

Hénin-Beaumont : au niveau du rond-point dit “des Vaches” et dans les rues adjacentes ;

Fresnes-lès-Montauban : rond-point menant à l’autoroute A1 et à la barriére de péage ;

Gavrelle : rond-point menant à l’autoroute A1.

10h17 : La préfecture du Pas-de-Calais annonce avoir pris des arrêtés d’interdiction de rassemblements de “gilets jaunes” samedi et dimanche, dans plusieurs points sensibles du département.

10h15 : L’interview en direct du Premier ministre Edouard Philippe hier soir au JT de TF1 a rassemblé 6,9 millions de téléspectateurs en moyenne, avec un pic à 7,1 millions en cours d’entretien (29,1% de part d’audience). Au global, le JT a réuni 6,5 millions de téléspectateurs, et réalisé 27,6% de part d’audience, son deuxième meilleur score depuis la rentrée.

09h51 : Vous vous souvenez des “Gaulois réfractaires” ? Ou encore du “pognon de dingue” des minima sociaux ? Ces expressions employées par Emmanuel Macron, cette année, sont visiblement restées en travers de la gorge des “gilets jaunes”, qui lui renvoient la balle en se réappropriant ces expressions.

09h22 : “On ne va pas imposer par la loi une augmentation générale des salaires, ça n’a pas de sens, on détruirait de la compétitivité et de l’emploi.”

En revanche, la ministre du Travail “en appelle aux entreprises” sur BFM Business pour “augmenter l’intéressement et la participation et établir l’égalité salariale entre les femmes et les hommes. “Il faut y aller, tout le monde peut faire quelque chose.”

08h55 : Un dispositif “sans précédent”, incluant notamment la quasi-totalité des effectifs de gendarmerie mobile, sera déployé demain pour la journée d’action des “gilets jaunes”, a expliqué le directeur général de la gendarmerie nationale, Richard Lizurey sur CNews. “Globalement, ça fait 60 000 gendarmes qui sont consacrés à la gestion de la manifestation de l’ordre public et aussi à la gestion du quotidien parce que la police de la sécurité du quotidien ne connaît pas de pause.”

08h28 : “Des éléments politisés et radicalisés essaient d’instrumentaliser le mouvement. Ceux-là veulent renverser le pouvoir.”

“Les ‘gilets jaunes’ sincères ne peuvent pas servir de boucliers humains”, affirme le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, dans Le Parisien, à la veille de la manifestation à haut risque prévue à Paris.

08h01 : En dehors de leur implication sur le terrain, les militants d’ultradroite sont très mobilisés sur internet. Dieudonné, Alain Soral, Yvan Benedetti ou encore Boris Le Lay, multiplie les publications sur leurs réseaux sociaux et sites à ce sujet. Retrouvez mon enquête, coécrite avec Elise Lambert, ici.

(YOUTUBE / ERTV OFFICIEL)

07h57 : Le 1er décembre, “nous étions près de 300 à Paris et 2 000 dans toute la France”, assure Antoine Berth, porte-parole d’Action française. Le mouvement nationaliste et royaliste dit avoir bloqué des routes, bâché des radars, monté des barrages filtrants ou mené des opérations péages gratuits dans toute la France.

07h53 : Ils sont très présents dans les manifestations des “gilets jaunes” à Paris mais aussi en régions. Les groupes d’ultra-droite ont embrassé la cause des “gilets jaunes” depuis le début des mobilisations. Pourquoi ? J’ai enquêté sur le sujet avec Elise Lambert.

(LUKE DRAY/COVER IMAGES/SIPA)

07h44 : A quoi va ressembler “l’acte 4”, la nouvelle manifestation des “gilets jaunes” prévue demain à Paris ? Entre appels à “prendre l’Elysée”, renforts policiers et événements annulés ou menacés, la réponse dans cet article.

(YANN CASTANIER / HANS LUCAS / AFP)

07h41 : Les “gilets jaunes” font toujours la une, ce matin. Vos quotidiens s’intéressent particulièrement au risque de violence, que le gouvernement redoute comme jamais à la veille de “l’acte 4” du mouvement.

07h12 : Second enseignement de cette étude : les débats des “gilets jaunes” sur les réseaux sociaux sont très nombreux sur la question de la structuration du mouvement. Les internautes tiennent à ne pas être “récupérés” et parlent d’abord d’eux en tant que “citoyens”, “jaunes” ou“apolitiques”, indiquent les chercheurs.

07h11 : Des chercheurs en sciences sociales toulousains ont analysé des centaines de milliers de posts sur Facebook et Twitter contenant l’expression “gilets jaunes”. Résultat ? Il existe dans ces pages “une fixation sur la personne du président de la République qui semble incarner le divorce tant de fois annoncée entre le ‘peuple’ et ‘les élites'”.


Continuer à lire sur le site France Info

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :