Publicités

DIRECT. “Gilets jaunes” : la préfecture du Pas-de-Calais interdit les manifestations samedi et dimanche dans plusieurs lieux sensibles du département

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #GILETS_JAUNES

10h28 : Bonjour @anonyme, oui la préfecture a bien le droit d’interdire certaines manifestations. L’article L211-4 du Code de la sécurité intérieure dispose que “si l’autorité investie des pouvoirs de police estime que la manifestation projetée est de nature à troubler l’ordre public, elle l’interdit par un arrêté qu’elle notifie immédiatement aux signataires de la déclaration au domicile élu”. Et indique que le représentant de l’Etat dans le département (le préfet) peut également le faire.

10h25 : Bonjour, est-il légal d’interdire les manifs des gilets jaunes comme le fait la préfecture du Pas-de-Calais ? n’est-ce pas une entrave à la liberté d’expression ?

10h24 : Ces arrêtés s’inscrivant “dans le cadre de la loi de la sécurité intérieure” concernent quatre endroits donnant notamment accès au réseau autoroutier, de vendredi minuit à dimanche midi. Voici les endroits concernés par ces interdictions de manifester :

Calais : au niveau de l’échangeur 43 de l’autoroute A16 et dans les rues adjacentes ;

Hénin-Beaumont : au niveau du rond-point dit “des Vaches” et dans les rues adjacentes ;

Fresnes-lès-Montauban : rond-point menant à l’autoroute A1 et à la barriére de péage ;

Gavrelle : rond-point menant à l’autoroute A1.

10h17 : La préfecture du Pas-de-Calais annonce avoir pris des arrêtés d’interdiction de rassemblements de “gilets jaunes” samedi et dimanche, dans plusieurs points sensibles du département.

10h15 : L’interview en direct du Premier ministre Edouard Philippe hier soir au JT de TF1 a rassemblé 6,9 millions de téléspectateurs en moyenne, avec un pic à 7,1 millions en cours d’entretien (29,1% de part d’audience). Au global, le JT a réuni 6,5 millions de téléspectateurs, et réalisé 27,6% de part d’audience, son deuxième meilleur score depuis la rentrée.

09h51 : Vous vous souvenez des “Gaulois réfractaires” ? Ou encore du “pognon de dingue” des minima sociaux ? Ces expressions employées par Emmanuel Macron, cette année, sont visiblement restées en travers de la gorge des “gilets jaunes”, qui lui renvoient la balle en se réappropriant ces expressions.

09h22 : “On ne va pas imposer par la loi une augmentation générale des salaires, ça n’a pas de sens, on détruirait de la compétitivité et de l’emploi.”

En revanche, la ministre du Travail “en appelle aux entreprises” sur BFM Business pour “augmenter l’intéressement et la participation et établir l’égalité salariale entre les femmes et les hommes. “Il faut y aller, tout le monde peut faire quelque chose.”

08h55 : Un dispositif “sans précédent”, incluant notamment la quasi-totalité des effectifs de gendarmerie mobile, sera déployé demain pour la journée d’action des “gilets jaunes”, a expliqué le directeur général de la gendarmerie nationale, Richard Lizurey sur CNews. “Globalement, ça fait 60 000 gendarmes qui sont consacrés à la gestion de la manifestation de l’ordre public et aussi à la gestion du quotidien parce que la police de la sécurité du quotidien ne connaît pas de pause.”

08h28 : “Des éléments politisés et radicalisés essaient d’instrumentaliser le mouvement. Ceux-là veulent renverser le pouvoir.”

“Les ‘gilets jaunes’ sincères ne peuvent pas servir de boucliers humains”, affirme le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, dans Le Parisien, à la veille de la manifestation à haut risque prévue à Paris.

08h01 : En dehors de leur implication sur le terrain, les militants d’ultradroite sont très mobilisés sur internet. Dieudonné, Alain Soral, Yvan Benedetti ou encore Boris Le Lay, multiplie les publications sur leurs réseaux sociaux et sites à ce sujet. Retrouvez mon enquête, coécrite avec Elise Lambert, ici.

(YOUTUBE / ERTV OFFICIEL)

07h57 : Le 1er décembre, “nous étions près de 300 à Paris et 2 000 dans toute la France”, assure Antoine Berth, porte-parole d’Action française. Le mouvement nationaliste et royaliste dit avoir bloqué des routes, bâché des radars, monté des barrages filtrants ou mené des opérations péages gratuits dans toute la France.

07h53 : Ils sont très présents dans les manifestations des “gilets jaunes” à Paris mais aussi en régions. Les groupes d’ultra-droite ont embrassé la cause des “gilets jaunes” depuis le début des mobilisations. Pourquoi ? J’ai enquêté sur le sujet avec Elise Lambert.

(LUKE DRAY/COVER IMAGES/SIPA)

07h44 : A quoi va ressembler “l’acte 4”, la nouvelle manifestation des “gilets jaunes” prévue demain à Paris ? Entre appels à “prendre l’Elysée”, renforts policiers et événements annulés ou menacés, la réponse dans cet article.

(YANN CASTANIER / HANS LUCAS / AFP)

07h41 : Les “gilets jaunes” font toujours la une, ce matin. Vos quotidiens s’intéressent particulièrement au risque de violence, que le gouvernement redoute comme jamais à la veille de “l’acte 4” du mouvement.

07h12 : Second enseignement de cette étude : les débats des “gilets jaunes” sur les réseaux sociaux sont très nombreux sur la question de la structuration du mouvement. Les internautes tiennent à ne pas être “récupérés” et parlent d’abord d’eux en tant que “citoyens”, “jaunes” ou“apolitiques”, indiquent les chercheurs.

07h11 : Des chercheurs en sciences sociales toulousains ont analysé des centaines de milliers de posts sur Facebook et Twitter contenant l’expression “gilets jaunes”. Résultat ? Il existe dans ces pages “une fixation sur la personne du président de la République qui semble incarner le divorce tant de fois annoncée entre le ‘peuple’ et ‘les élites'”.


Continuer à lire sur le site France Info

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :