Publicités

DIRECT. “Gilets jaunes” : la crainte d’un samedi ultra-violent dans Paris

Ce qu’il faut savoir

Un samedi à haut risque à Paris comme dans la plupart des grandes villes. Après bientôt un mois de mobilisation, les “gilets jaunes” sont à nouveau appelés à manifester, samedi 8 décembre, pour “l’acte IV” du mouvement. Mais alors que de nombreux incidents avaient émaillé la mobilisation parisienne samedi dernier, l’exécutif s’attend cette fois à une journée encore plus violente. 

L’Elysée redoute “une très grande violence”. Dès mercredi soir, la présidence de la République a dit ses craintes d’une mobilisation violente, avec “un noyau dur de plusieurs milliers de personnes” qui viendraient à Paris “pour casser et pour tuer”. Au ministère de l’Intérieur, on confie être “préoccupé”. “Les menaces sont prises au sérieux” par la place Beauvau.

D’importants moyens de sécurité déployés. Alors que 65 000 membres des forces de l’ordre, dont 5 000 à Paris, avaient été déployés samedi 1er décembre, Edouard Philippe a annoncé que plus de 89 000 membres des forces de l’ordre seraient mobilisés ce samedi en France, dont 8 000 dans la capitale. Une “douzaine de véhicules blindés” à roues de la gendarmerie (VBRG) seront par ailleurs utilisés à Paris.

Le centre de Paris se barricade. Face à la menace, les commerces situés dans le quartier des Champs-Elysées, à Paris, ont barricadé dès vendredi leurs devantures. Et la plupart resteront fermés samedi, tout comme les “grands magasins” du boulevard Haussmann, ainsi que de nombreux lieux culturels et touristiques, comme la tour Eiffel, l’Arc de triomphe, les musée du Louvre et d’Orsay ou le Grand Palais.

Les transports très perturbés. Toujours à Paris, les transports seront fortement perturbés par cet “acte IV” des “gilets jaunes”. A la demande de la préfecture de police, pas moins de 45 stations de métro et de RER resteront fermées au public. Le périphérique parisien devrait également être très perturbé, certains “gilets jaunes” ayant appelé à s’y rendre. 

Macron parlera après le week-end. Le chef de l’Etat s’exprimera en “début de semaine prochaine”, a annoncé vendredi le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand. Le président de la République a pris la décision de ne pas s’exprimer avant les manifestations de samedi pour ne “pas mettre d’huile sur le feu”, selon ce proche d’Emmanuel Macron. 


Continuer à lire sur le site France Info

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :