Publicités

[Portrait] Annegret Kramp-Karrenbauer, l’héritière de Merkel à la tête de la CDU

« Mini-Merkel » ou « Merkel bis » : celle qu’Angela Merkel a choisie comme sa dauphine en la nommant secrétaire générale de la CDU au printemps dernier a dû depuis subir de la part de ses adversaires ces critiques un peu simplistes.

Annegret Kramp-Karrenbauer, ou AKK, par son style, dans la retenue et dans son côté rassembleur, rappelle sans doute l’actuelle chancelière. Mais les différences existent. Par son parcours d’abord, relate notre correspondant, Pascal Thibaut.

Après Angela Merkel, ex-Allemande de l’Est, protestante et sans enfants, c’est à nouveau une personnalité de l’Ouest, plus exactement de la Sarre à la frontière avec la France, qui reprend le flambeau. AKK, 56 ans, mariée et mère de trois enfants, vient d’une famille catholique et cette pratiquante a été marquée par la doctrine sociale de l’Église.

Cette influence s’illustre dans ses positions sur les questions sociales mais aussi sur des sujets de société comme l’avortement ou le mariage pour tous, questions sur lesquelles elle est plus conservatrice qu’Angela Merkel. C’est aussi le cas sur les questions de sécurité et de migration.

Expérimentée et pragmatique

Annegret Kramp-Karrenbauer a été la première femme en Allemagne à diriger un ministère de l’Intérieur, dans sa région. Elle a dirigé ensuite la Sarre pendant sept ans et dispose d’une longue expérience gouvernementale.

« Elle est plutôt modérée dans l’ensemble, explique Hélène Miard Delacroix, professeur d’histoire et de civilisation de l’Allemagne contemporaine à Sorbonne Université depuis 2008. Elle a des positions assez marquées très traditionnelles pour l’Europe et pour une approche très pragmatique des problèmes. »

« Même si elle parait une créature de madame Merkel et qu’elle parait un peu novice au niveau fédéral, c’était, des candidats, celle qui avait la plus grande expérience. Ça fait vingt ans qu’elle est au Parlement de Sarre et elle a dirigé le gouvernement régional pendant de nombreuses années. Elle a su faire avec des partenaires différents avec les libéraux en grande coalition. Donc c’est quelqu’un qui a une vraie expérience de terrain et de ce point de vue n’est pas complètement une débutante. Ce n’est pas une idéologue, c’est une pragmatique et elle est assez rassurante. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle a été élue, c’est parce que c’est une femme sympathique. “ Elle est comme nous ” disent les gens en Sarre et ça reflète assez bien cet électorat de la CDU ».

AKK, qui avait abandonné son poste au printemps pour devenir secrétaire générale, a été à la rencontre d’une base mécontente d’être trop peu écoutée. Avec le résultat serré vendredi, elle devra désormais prouver qu’elle peut réconcilier une CDU divisée.


Continuer à lire sur le site France Info

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :