Publicités

Un néonazi américain reconnu coupable de meurtre après les violences de Charlottesville

Cet homme avait foncé en voiture sur des manifestants antiracistes qui s’étaient mobilisés en parallèle d’un rassemblement de suprémacistes, le 12 août 2017.

Il est passible d’une peine de prison allant de 20 ans à la perpétuité. Un néonazi américain a été reconnu coupable, vendredi 7 décembre, par un tribunal de Charlottesville, du meurtre d’une militante antiraciste de 32 ans qui protestait contre une manifestation nationaliste, dans cette ville de l’est des Etats-Unis. Le 12 août 2017, un rassemblement de mouvements d’extrême droite américains, organisé par des nationalistes blancs pour protester contre le déboulonnement annoncé d’une statue du général sudiste Robert Lee. La sentence doit être prononcée ultérieurement. 

Ce jour-là, James Fields, un homme âgé de 21 ans  avait foncé au volant de sa voiture sur un groupe de militants d’une contre-manifestation antiraciste. Une manifestante était morte et 35 personnes avaient été blessées, avant de prendre la fuite. La réaction de Donald Trump, qui s’est refusé à condamner les suprémacistes blancs, avait alors suscité la controverse.

La culpabilité de James Field a été annoncé au terme d’un procès qui a duré une dizaine de jours et d’un délibéré de plus de sept heures. Le jury composé de sept femmes et cinq hommes a déterminé que l’accusé avait délibérément lancé sa Dodge Challenger dans la foule.

Selon des militants présents au moment des délibérations, certains proches des victimes ont sangloté en silence. “Je ne suis jamais senti bien en un an et demi”, a déclaré Wednesday “Al” Bowie, un des rescapés de l’attaque, au cours de laquelle il a eu le bassin brisé. “Ce procès nous a permis de guérir. Mais il a également rouvert de vieilles blessures.”

Les avocats de James Fields avaient plaidé la légitime défense au cours du procès. Car le jeune homme avait confié à la police qu’il “avait craint pour sa sécurité et qu’il était mort de peur” au moment du drame. L’accusation a au contraire argué que le jeune homme avait agi de manière préméditée, et qu’un monceau de preuves – photos et vidéos – le montraient.


Continuer à lire sur le site France Info

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :