Publicités

Macron veut retrouver l’esprit de la grande marche de sa campagne

Article réservé aux abonnés

Pendant un mois, il l’a portée, maturée. Pendant un mois, il y a pensé, en a discuté. Dimanche 13 janvier au soir, Emmanuel Macron a rendu publique la lettre aux Français qu’il avait promise le 10 décembre, lors de son allocution télévisée pour annoncer le plan de dix milliards d’euros destiné à répondre à la colère des « gilets jaunes ».

Alors que la mobilisation des protestataires est repartie à la hausse samedi 12 janvier – avec plus de 80 000 personnes recensées sur tout le territoire –, le chef de l’Etat a pris sa plume pour donner sa vision du « grand débat », qui doit s’ouvrir mardi et a été conçu comme la deuxième partie de la réponse de l’Elysée à la crise, après les mesures sur le pouvoir d’achat.

Document : Quatre grands thèmes et une trentaine de questions : la lettre d’Emmanuel Macron aux Français

« Ce débat n’est ni une élection, ni un référendum », écrit Emmanuel Macron, qui sait que son initiative ne peut être un succès que si les Français y participent en nombre. Pour que ses concitoyens adhèrent à sa démarche, le chef de l’Etat a donc pris soin de les assurer qu’ils pourraient aborder tous les sujets, quand bien même le débat est articulé autour de quatre thématiques (la transition écologique, fiscalité, réforme de l’Etat, démocratie et citoyenneté). « Pour moi, il n’y a pas de questions interdites », affirme-t-il, même s’il exclut, plus tard dans la lettre, de revenir sur la suppression de l’ISF et de remettre en cause le droit d’asile.

« Transformer les colères en solutions »

Dans cette même logique, le chef de l’Etat tient à assurer les Français qu’il tirera les conséquences de cette consultation d’un genre inédit. « Nos propositions permettront de bâtir un nouveau contrat pour la Nation, de structurer l’action du gouvernement et du parlement, mais aussi les positions de la France au niveau européen et international. Je vous en rendrai compte directement dans le mois qui suivra la fin du débat », précise-t-il. Avant d’ajouter : « C’est ainsi que j’entends transformer avec vous les colères en solutions ».

Avec cette initiative, Emmanuel Macron veut retrouver l’esprit de la grande marche, qu’il avait organisée durant sa campagne et qui lui avait permis d’associer les « marcheurs » à la conception de son programme. « Il renoue avec la promesse de transversalité qui avait fait une part de son succès en campagne. Et qu’il avait semblé oublier durant les vingt premiers mois de son quinquennat », explique l’un de ses proches. Qui poursuit : « Il renoue aussi avec la prise de risque, l’audace. Car ce débat est risqué, on ne sait pas ce qui en sortira ».


Continuer à lire sur le site d’origine

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :