Guerre en Ukraine : le personnel ukrainien de la centrale de Zaporijjia victime d’exactions russes, selon Kiev

Le patron de l’opérateur ukrainien de la centrale nucléaire de Zaporijjia, Petro Kotine, a dénoncé, vendredi 9 septembre, des exactions perpétrées par les forces russes sur le personnel, évoquant des tortures, meurtres et enlèvements. « Avec l’occupation, un régime de harcèlement policier du personnel a été progressivement mis en place. La situation est aujourd’hui très difficile avec des tortures, des passages à tabac, des enlèvements », a déclaré Petro Kotine dans une interview à l’AFP.

>> DOCUMENT FRANCEINFO. Guerre en Ukraine : dans les coulisses de la visite sous haute tension de l’AIEA à la centrale de Zaporijjia

Selon lui, deux personnes ont notamment été « battues à mort » par les forces russes, qui contrôlent cette centrale nucléaire, la plus grande d’Europe, depuis le mois de mars. « Un plongeur a été capturé, puis il s’est retrouvé à l’hôpital inconscient. Il est mort trois heures plus tard », tandis qu’un bombardement a tué un autre employé et un conducteur, a-t-il ajouté, dénonçant une persécution des pro-ukrainiens par les Russes. « Les gens sont psychologiquement brisés », a expliqué le patron de la compagnie publique Energoatom, qui gère les centrales ukrainiennes.

« Nous ne savons pas où se trouvent une dizaine de personnes, elles ont été emmenées et depuis, nous n’avons aucune information sur leur localisation », a poursuivi Petro Kotine. La Russie dément systématiquement commettre des exactions en Ukraine, accusant au contraire les autorités ukrainiennes de commettre des crimes contre la population, en se servant de civils comme boucliers humains.

La centrale de Zaporijjia, située dans le sud de l’Ukraine, à une cinquantaine de kilomètres à vol d’oiseau de la ville du même nom, est régulièrement visée par des bombardements, dont Kiev et Moscou se rejettent la responsabilité. L’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA) a fait état vendredi d’une « coupure totale de courant » dans la ville d’Enerhodar, voisine de la centrale, ce qui « compromet la sécurité des opérations ».


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :