Marseille-Lille : tombeur du LOSC, l’OM suit le rythme du Paris Saint-Germain

Au coude à coude. Deux heures à peine après la victoire poussive du PSG face à Brest, l’Olympique de Marseille a répondu au rival parisien par un succès bien plus convaincant face au LOSC (2-1), samedi 10 septembre, lors de la 7e journée de Ligue 1. Dans un match intense, d’abord aux mains des Lillois, les Marseillais ont fait preuve de résilience pour renverser les Dogues, qui avaient rapidement ouvert le score par Ismaily (12e).

Chahuté en début de rencontre, l’OM a ensuite enfilé le costume de patron entrevu mercredi soir face à Tottenham en Ligue des champions malgré la défaite. De retour aux affaires, les Phocéens ont d’abord égalisé par Alexis Sanchez avant que Samuel Gigot ne donne l’avantage aux siens au retour des vestiaires. Un succès probant pour l’OM, face à un concurrent direct pour l’Europe. 

Avec dix-neufs points récoltés en sept journées, Marseille est la seule équipe à suivre la cadence infernale imposée par le PSG en ce début de saison. Un bel exploit, tout simplement inédit pour le club phocéen : il s’agit en effet du meilleur début de saison de l’histoire du club en Ligue 1. Le précédent record datait de 2012-2013, avec six victoires lors des six premières journées de championnat. Mais face à Lille, la belle série olympienne a failli prendre fin.

Convaincants depuis le début de saison, les Lillois ont posé beaucoup de problèmes aux Marseillais en début de rencontre, notamment en neutralisant les pistons olympiens sur les ailes. Enrayée, la machine phocéenne a même été prise à défaut sur une accélération lilloise, suivie d’une frappe sur le poteau d’Adam Ounas, reprise par Ismaily (12e). Mais les hommes d’Igor Tudor ont du caractère, à l’image du technicien croate, qui n’a pas hésité à sortir Leonardo Balerdi avant la demi-heure de jeu.

A côté de ses crampons, l’Argentin a vécu un sacré ascenseur émotionnel, puisque l’OM venait à peine d’égaliser, sur un contre éclair parfaitement mené par Amine Harit, avant que Cengiz Under ne centre pour Alexis Sanchez, auteur de son quatrième but de la saison (26e). L’entrée de Nuno Tavares à sa place a redonné de l’allant aux Marseillais, revigorés, qui n’ont dès lors plus laissé aucune miette aux Dogues.

Auteurs d’un début de seconde période tonitruant, les Olympiens ont logiquement été récompensés à l’heure de jeu sur un coup franc lointain dévié par Kolasinac et repris par un Gigot opportuniste, à l’extrême limite du hors-jeu (61e). Marseille a alors pu gérer la fin de match, sans jamais être franchement chahuté par des Lillois un peu tendres, dépassés par l’impact physique de l’OM. A l’heure des comptes, Marseille accroche trois points de plus, et se remet la tête à l’endroit après la défaite de mercredi à Tottenham. De bon augure avant la réception de l’Eintracht Francfort mardi à 21 heures, en Ligue des champions.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :