Crise de l’énergie : l’université de Strasbourg compte fermer deux semaines supplémentaires cet hiver pour faire des économies

Face à l’envolée des prix de l’énergie, l’université de Strasbourg (Bas-Rhin) va fermer ses portes deux semaines supplémentaires cet hiver, a annoncé la présidence lundi 19 septembre, une option dénoncée par les organisations syndicales.

« Une troisième semaine de congés de Noël début janvier et une semaine complète de cours en distanciel en février » vont être mises en place, a détaillé Michel Deneken, le président de l’université dans une vidéo adressée aux étudiants et postée sur YouTube. La rentrée, initialement prévue le 3 janvier 2023, aura finalement lieu le 9 janvier, au terme d’une semaine de fermeture administrative, sans qu’aucun enseignement ne soit assuré.

Parmi les autres mesures d’économie, le chauffage, fixé à 19 °C, sera allumé « le plus tard possible » et une campagne de communication sera déployée « en faveur des éco-gestes pour une planète plus durable », a également affirmé Michel Deneken.

« Le coût de l’énergie (…) s’envole de plus en plus chaque jour », a encore souligné le président de l’Université de Strasbourg, rappelant que l’établissement devait « prendre sa part dans la transition écologique ». L’université, qui comptait près de 57 000 étudiants en 2020-2021, voit sa facture énergétique exploser.

Ses dépenses d’électricité, gaz et chauffage sur réseau sont passées de 10 millions d’euros en 2021 à 13 millions d’euros en 2022, après qu’un budget rectificatif a accordé une rallonge de 1,5 million d’euros supplémentaires. Pour 2023, 20 millions ont été inscrits au budget prévisionnel.

« Les fermetures administratives constituent une entorse au principe de continuité du service public », a dénoncé dans un communiqué le syndicat FSU. Les activités de recherche pourraient selon elle pâtir de ces mesures, avec un moindre accès aux laboratoires.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :