Emmanuel Macron inaugure le premier parc éolien offshore français : trois questions sur le développement du secteur en France

Emmanuel Macron se rend jeudi 22 septembre à Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique où 80 éoliennes offshore sont sorties de l’eau depuis le printemps dernier. A l’occasion de ce déplacement, le président de la République présentera les « grands axes » du projet de loi d’accélération des énergies renouvelables, qui sera présenté le 26 septembre au Conseil des ministres. Lors d’un déplacement à Belfort, le 10 février 2022, le chef de l’Etat avait fixé l’objectif de doter la France d’une cinquantaine de parcs éoliens en mer dans les années qui viennent, pour viser « 40 gigawatts en service en 2050 ». Mais le pays est encore loin de cet objectif.

Combien y a-t-il d’éoliennes qui tournent en France ?

Il y a un peu moins de 9 000 éoliennes qui produisent de l’électricité en ce moment. Leur développement s’est accéléré depuis une petite dizaine d’années : il y en avait quasiment moitié moins en 2014.

Les régions où les éoliennes se sont le plus développées sont les Hauts-de-France et le Grand-Est, qui représentent à elles seules 50% de la puissance raccordée en France. À l’inverse, l’Île-de-France, la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, la Corse et les outre-mer sont les régions de loin les moins pourvues.

Le parc éolien en mer est, quant à lui, encore très faible : avant le parc de Saint-Nazaire, la France ne comptait qu’une seule éolienne offshore, flottante, au large du Croisic. Cependant, plusieurs parcs, dont les appels d’offre remontent à plus de dix ans, vont sortir de l’eau d’ici 2024 : ce sera le cas à Saint-Brieuc, Fécamp et Courseulles-sur-Mer.

La France est-elle en retard par rapport à ses voisins ?

Si on regarde la part de l’éolien dans la production d’électricité des principaux pays européens, la France est clairement à la traîne. En France, le vent a produit un peu moins de 8% de l’électricité en 2020, derrière les barrages hydroélectriques et surtout derrière le nucléaire qui représente presque 70% de la production française.

Parmi nos voisins directs, l’Allemagne est en avance : l’éolien pèse pour plus de 20% de sa production d’électricité, c’est trois fois plus que chez nous. Même chose en Espagne. D’autres pays vont encore plus loin : la part d’électricité produite par les éoliennes atteint presque 30% au Royaume-Uni, 40% au Portugal et même 60% au Danemark.

Pourquoi est-on en retard ?

D’abord en raison d’un retard à l’allumage : la première éolienne a été installée en France au début des années 1990 seulement. Plusieurs pays européens, comme l’Allemagne et le Danemark, avaient déjà lancé à l’époque une production à plus grande échelle. Ensuite, c’est aussi parce qu’il existe aujourd’hui des recours contre les projets d’éoliennes, qui ont retardé de plusieurs années les chantiers.


Continuer à lire sur le site France Info

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :