Personnages, décors, scénario : pourquoi la série « Les Anneaux de Pouvoir » divise les fans de Tolkien

L’argent n’achète pas tout. Amazon a annoncé un budget d’un milliard de dollars pour les cinq saisons prévues de la série Les Anneaux de Pouvoir, dont la première est actuellement diffusée sur la plateforme Prime Video. Mais certains fans de l’œuvre littéraire de Tolkien ou des films de Peter Jackson critiquent durement certains aspects des quatre épisodes déjà diffusés. Plusieurs amateurs éclairés de l’univers de J.R.R. Tolkien nous confient quels sont les éléments de la série qui provoquent les plus vifs débats au sein de la communauté de fans.

Reposant principalement sur douze pages d’appendices publiées à la fin du dernier tome du Seigneur des Anneaux, la série produite par Amazon n’est pas vraiment une adaptation, mais plutôt une exploration libre du passé mal connu du Seigneur des Anneaux. Une période qui répond au nom du Second âge. 

Dans la série Les Anneaux de Pouvoir, dont les faits se déroulent plusieurs milliers d’années avant Le Seigneur des Anneaux, Amazon invente donc des arcs narratifs à partir de quelques indications chronologiques laissées par J.R.R Tolkien. Mais pour Vincent Ferré, professeur de littérature à l’université de la Sorbonne Nouvelle et traducteur depuis vingt ans de l’œuvre de l’écrivain britannique, la série réalisée par John D. Payne et Patrick McKay massacre la chronologie esquissée par Tolkien. 

Les personnages de Galadriel et Elendil sont centraux dans les premiers épisodes de la série.  (Prime Video)

Les personnages de Galadriel et Elendil sont centraux dans les premiers épisodes de la série.  (Prime Video)

« Ils torturent la chronologie du Deuxième âge. Ils ont pris des personnages de la toute fin du Deuxième âge, soit environ 1 500 ans avant le Seigneur des Anneaux et ils ont comprimé leur histoire avec le milieu de la période. C’est choquant pour les fans de Tolkien. Il était très soucieux de la chronologie de son univers, par exemple la façon dont évolue la langue elfique au fil des millénaires. Dans le Seigneur des Anneaux, Tolkien avait retravaillé plusieurs passages pour que les cycles de la lune coïncident avec les passages où elle apparaît », analyse Vincent Ferré. 

Pour d’autres fans, les libertés prises par Amazon ne font pas des Anneaux de Pouvoir une mauvaise série. Sur le chat Discord de l’association Tolkiendil, qui rassemble des passionnées de l’œuvre littéraire de Tolkien, c’est ce que pense « Ulfhéoinn ». « Moi je pense que l’esprit n’est pas respecté dans le sens où ce n’est sûrement pas la vision que Tolkien avait de son propre univers, ni même celle que moi ou d’autres ont de cet univers. En revanche, cela ne veut pas dire que c’est une mauvaise série : on a tous une approche différente de ses œuvres. Et à moins que Tolkien lui-même ne revienne à la vie pour donner son avis, on n’aura jamais vraiment la réponse à cette question ». 

Un autre point qui anime largement les débats sur les forums et les réseaux sociaux est le sort réservé à l’elfe Galadriel : l’un des personnages principaux des Anneaux de Pouvoir. Dans les quatre premiers épisodes, l’elfe de haute naissance incarnée par l’actrice Morfydd Clark apparaît impulsive et impatiente. Tout le contraire du visage de Galadriel dans Le Seigneur des Anneaux

« Il y a beaucoup de crispations autour de Galadriel, dont l’écriture en fait un personnage impulsif. C’est un personnage plus jeune que dans Le Seigneur des Anneaux, mais elle est déjà âgée de plusieurs milliers d’années et c’est une noble elfe. On l’attend plus réfléchit », juge Laura Martin-Gomez, présidente de l’association Tolkiendil et auteure d’une thèse sur la réception de l’œuvre de Tokien par ses fans. 

L'elfe Galadriel dans la série Les Anneaux de Pouvoir.  (Ben Rothstein / Prime Video)

L'elfe Galadriel dans la série Les Anneaux de Pouvoir.  (Ben Rothstein / Prime Video)

Selon elle, les personnages inventés par Amazon sont finalement mieux acceptés que les personnages déjà vus dans Le Seigneur des Anneaux. « Pour Galadriel, la crispation vient aussi par rapport à ce qu’elle était avant », ajoute Laura Martin-Gomez. 

Mais cette Galadriel rajeunie plaît à certains qui lui trouvent pour le coup une vraie identité elfique. « Pour les personnages, je dirais que j’aime bien la façon dont certains sont traités. Même Galadriel, étrangement, pour son côté impulsif et borné qui lui apporte une touche fëanorienne (Fëanor est un elfe créatif et colérique inventé par Tolkien qui n’apparaît pas dans la série)« , dit « Laren » sur le chat Discord de l’association Tolkiendil. 

C’est peut-être là que l’argent injecté par l’entreprise de Jeff Bezos est le plus visible : les décors de la série sont d’une richesse assez inouïe. La cité de Numenor a ainsi ébloui de nombreux fans. « Je trouve personnellement que la série est visuellement très réussie. C’est lié au fait qu’ils ont fait appel à des artistes de renom qui avaient déjà participé au Seigneur des Anneaux, comme le dessinateur John Howe », note Laura Martin-Gomez. 

« Je trouve la qualité visuelle assez incroyable pour une série et j’ai presque l’impression de ne pas en profiter assez », abonde « Levieuxtoby » sur le chat de Tolkiendil. 

La cité de Numenor dans la série "Les Anneaux de Pouvoir".  (Prime Video)

La cité de Numenor dans la série "Les Anneaux de Pouvoir".  (Prime Video)

Cette beauté des décors plaît aussi à Anne Besson, maître de conférences en littérature générale et comparée à l’université d’Arras et spécialiste de Tolkien. Elle juge néanmoins que l’esthétisme des Anneaux de Pouvoir se rapproche plus de séries récentes du genre heroic fantasy, que de l’univers de Tolkien. « Numenor est très belle, mais elle ressemble plus à la cité de La Roue du Temps (une série diffusée sur Prime Video) qu’à un décor du Seigneur des Anneaux. On voit des décors très beaux qui ressemblent plus à ceux de séries du moment qu’à l’œuvre de Tolkien »

C’est le débat qui engendre le plus de discours haineux sur les réseaux sociaux. Dans Les Anneaux de Pouvoir, les showrunners ont apporté une innovation majeure et bienvenue en introduisant des personnages de couleur dans chaque peuple (chez les nains autant que chez les elfes). Certains internautes ont dénoncé cette nouveauté en pointant du doigt un « wokisme » qui dénaturerait l’œuvre de Tolkien. 

L'actrice Sophia Nomvete incarne la princesse Disa dans la série.  (Matt Grace / Prime Video)

L'actrice Sophia Nomvete incarne la princesse Disa dans la série.  (Matt Grace / Prime Video)

L’association Tolkiendil, qui se veut apolitique, a supprimé tous les commentaires racistes et xénophobes. « Le problème, c’est que les propos de certains fans sur l’ajout de personnages de couleur prennent très vite un aspect politique avec des commentaires xénophobes, racistes… Sur Discord, on a modéré les commentaires racistes. Par contre, on a eu un débat sur la diversité chez Tolkien, vraiment pour étudier son texte, et ça a passionné les membres avec 50 messages et trois pages de discussions sur notre forum », indique Laura Martin-Gomez. 

Lire notre critique : « Les Anneaux de pouvoir » : une série grandiose dans la lignée du « Seigneur des anneaux » malgré quelques entorses à l’univers de Tolkien


Continuer à lire sur le site France Info

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :