Guerre en Ukraine : entre solidarité et système D, les jeunes qui ont fui la Russie s’organisent sur l’application Telegram

Partir, tout quitter, en 24 heures. Pour comprendre l’importance de la solidarité entre jeunes émigrés russes, il suffit d’écouter Julie qui raconte, en larmes, comment son mari et elle ont tout quitté du jour au lendemain. La jeune femme, qui vient de se marier, a pris sa décision lorsqu’elle a entendu le discours de Vladimir Poutine appelant à la mobilisation partielle de la population« Je ne voulais pas réellement partir. J’avais mes amis en Russie, ma famille… mais Poutine a fait qu’il m’était impossible de rester, je devais partir sans savoir si un jour je pourrais revenir », poursuit-elle. 

>> Guerre en Ukraine : « On ne sait pas ce qui va arriver demain, alors on préfère quitter le pays », confient ces Russes à la frontière finlandaise

Un départ forcé et douloureux d’autant plus que sa décision n’a pas été forcément comprise par sa famille, qui reste fascinée par Vladimir Poutine et sa propagande. « Il y a des gens qui comprennent, notamment mes amis et les gens de mon âge. Mais les gens qui ont l’âge de mes parents, c’est comme s’ils étaient hypnotisés, on ne peut même pas leur parler. La télévision ne cesse de mentir et encore et encore… Et ils continuent de la croire« , affirme la jeune femme. 

C’est ainsi que Julie a pu fuir vers la Finlande avec Nicolaï, son mari, dans l’intention de rejoindre le Portugal. Un exode forcé et une expérience que le couple entend partager avec leurs concitoyens. D’où la création de « Remotecate », une discussion d’entraide que l’on trouve sur l’application Telegram. « Ce projet, c’est pour aider les Russes, les Biélorusses et les Ukrainiens à trouver un travail à l’étranger, explique le jeune homme. Ils peuvent y trouver un emploi, avec des entreprises qui s’engagent à prendre en charge le voyage, mais aussi à payer les salaires en euros. Il y a aussi des conseils pratiques pour quitter la Russie, comme acheter un billet, ou encore trouver un logement… », détaille-t-il. 

Et le succès est là : « Remotecate » compte déjà 70 000 abonnés, Nicolaï envisage de rendre sa plateforme encore plus visible en transformant en site sur internet.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :