Guerre en Ukraine : les pays occidentaux dénoncent la « mascarade » des référendums d’annexion et promettent des sanctions « sévères » contre Moscou

Les réactions occidentales se sont multipliées, mardi, pour dénoncer les référendums d’annexion organisés par la Russie dans quatre régions ukrainiennes.

Article rédigé par

France Télévisions

Publié le 27/09/2022 20:02 Mis à jour le 27/09/2022 20:18

Temps de lecture : 1 min.

Un « non » unanime au « oui » des urnes pour des référendums « illégaux ». Mardi 27 septembre, la Commission électorale russe a annoncé que les référendums d’annexion organisés dans quatre régions ukrainiennes donnaient le « oui » en tête des résultats partiels. En réponse, et comme ils l’avaient déjà formulé, plusieurs organisations et pays occidentaux ont dénoncé ces élections.

>> Suivez les dernières actualités liées à la guerre en Ukraine dans notre direct

C’est par exemple le cas de l’Otan. Son secrétaire général, Jens Stoltenberg, a dénoncé avec force les référendums d’annexion et assuré le président ukrainien du soutien des alliés au droit à l’autodéfense de l’Ukraine. « Les référendums fictifs organisés par la Russie n’ont aucune légitimité et constituent une violation flagrante du droit international. Ces terres sont l’Ukraine », a-t-il tweeté (lien en anglais) après un entretien avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Antony Blinken, le secrétaire d’Etat américain, a quant à lui déclaré que les Etats-Unis et leurs alliés ne « reconnaîtront jamais »  l’annexion par la Russie de territoires en Ukraine. Le chef de la diplomatie américaine a aussi réaffirmé que les pays occidentaux prendraient en représailles de nouvelles et « sévères » sanctions contre la Russie.

Au diapason de son homologue américain, la ministre française des Affaires étrangères a estimé que ces référendums étaient « une mascarade » : « Il n’y a aucune sincérité dans les votes qui ont pu être exprimés », a déclaré Catherine Colonna, la cheffe de la diplomatie hexagonale, sur BFMTV. « Ils n’ont aucune légitimité, aucune valeur. Nous ne les reconnaîtrons pas, ils entraîneront des sanctions de la part de la France, de l’Europe et d’autres Etats de la communauté internationale. » Un peu plus tôt dans la journée, depuis Kiev, la ministre a assuré que ces sanctions devraient être à la fois « individuelles » et dirigées « vers des secteurs qui n’étaient pas encore sous sanctions » jusqu’ici.

« Il y aura des conséquences pour toutes les personnes qui ont pris part à l’organisation », a également assuré un porte-parole de l’Union européenne lors d’une conférence de presse à Bruxelles (Belgique), dans l’après-midi, alors que les Vingt-Sept ont déjà adopté sept volets de restrictions


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :