DIRECT. Guerre en Ukraine : le président allemand est arrivé à Kiev pour une visite surprise

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #UKRAINE

07h28 : Le président allemand Frank-Walter Steinmeier est arrivé à Kiev pour une visite surprise. « Je me réjouis de ma rencontre avec le président Volodymyr Zelensky à Kiev », a-t-il dit, selon un texte envoyé par la porte-parole.

06h48 : Ever wonder how Russian cruise missiles find their way into Ukrainian playgrounds, power stations, and apartment buildings? Well thanks to @bellingcat’s @christogrozev wonder no more. It’s time to meet the team behind the targeting of Russian missiles on civilian infrastructure. https://t.co/HHRrmUE3jQ

07h30 : Qui se cache derrière les frappes de missiles russes, qui ont touché de nombreuses infrastructures civiles et fait des dizaines de morts ? Le site d’investigation Bellingcat (en anglais) assure avoir identifié une trentaine d’ingénieurs de l’armée russe. « Il a une barbe de hipster, il écoute de la bonne musique. Mais clairement, il considère que tuer des gens est un job classique », commente le journaliste à l’origine de l’enquête, qui a pu échanger avec un membre de cette unité, dont voici une photo de groupe.

06h15 : Côté russe, admettre l’échec de l’invasion mettrait à mal « la mythologie du poutinisme », et exposerait Vladimir Poutine à perdre le pouvoir, explique le chercheur Julien Thiron. Qu’il soit renversé reste cependant tout aussi improbable, et « l‘alternative à Vladimir Poutine ne serait pas nécessairement meilleure », résume Olivier Schmitt, car les plus fortes critiques envers le Kremlin viennent de partisans de la guerre. Tous les scénarios explorés dans cet article mènent à la même conclusion : le conflit risque de durer encore longtemps.

06h15 : Si le scénario d’une paix négociée semble improbable à ce jour, c’est notamment parce que la population ukrainienne ne l’envisagerait pas. Elle voit de plus en plus cette guerre comme faisant partie « d’un conflit existentiel avec la Russie », explique la chercheuse Anna Colin-Lebedev. Volodymyr Zelensky, dont la popularité repose sur sa proximité avec son peuple, « n’a pas le droit à l’erreur » dans son discours.

06h14 : Pour que des pourparlers de paix réussissent, quel que soit le conflit, trois facteurs doivent être réunis, et aucun ne semble l’être aujourd’hui, explique le chercheur Olivier Schmitt. L’Ukraine peut croire à la victoire, et la Russie ne semble pas y avoir renoncé non plus. Dans les deux pays, le contexte interne ne pousse pas à la paix. Enfin, Kiev n’a aucune raison de croire que Moscou respecterait ses engagements.

06h14 : Zelensky et Poutine assis à une table de négociations : l’image semble inimaginable, mais pour Emmanuel Macron, c’est par un accord de paix que passera forcément la fin du conflit, comme il l’a répété dimanche. Après huit mois d’invasion russe, une escalade paraît pourtant plus proche que la fin du conflit. J’ai exploré, avec plusieurs spécialistes, les différents scénarios de fin de cette guerre.

(ELLEN LOZON / FRANCEINFO)

06h11 : L’armée ukrainienne a annoncé hier soir avoir chassé les forces russes de quatre villages dans le nord-est du pays, où une contre-offensive lui avait déjà permis de reprendre des milliers de kilomètres carrés de territoire en septembre. « Grâce à des opération réussies, nos troupes ont repoussé l’ennemi hors des localités de Karmazynivka, Myasojarivka et Nevské dans la région de Lougansk et de Novosadové dans la région de Donetsk », a indiqué sur Facebook l’état-major ukrainien.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :