Prix de l’énergie : la Confédération nationale des charcutiers-traiteurs se dit « inquiète » pour les fêtes de fin d’année

Entre un manque de visibilité sur les prix et une « morosité » du côté des clients, les traiteurs ne peuvent pas pour le moment « sortir » leur carte des fêtes. 

Article rédigé par

Radio France

Publié le 28/10/2022 14:20 Mis à jour le 28/10/2022 14:36

Temps de lecture : 1 min.

« On est aujourd’hui bloqué parce qu’on a aucune visibilité des prix qui vont être donnés » au moment des fêtes de fin d’année, « je suis inquiet« , a résumé vendredi 28 octobre sur franceinfo Joël Mauvigney, président de la Confédération nationale des charcutiers-traiteurs et président de la Confédération nationale de l’alimentation.

>> Crise énergétique : Elisabeth Borne présente trois nouveaux dispositifs pour les entreprises et les collectivités, d’un total de « près de 12 milliards » d’euros

Il constate une certaine « morosité » chez les clients qui sont frappés de plein fouet par l’inflation. Les artisans sont aussi touchés par une hausse des prix « de l’emballage« , de l’électricité et du gaz. Cette hausse des prix générale, poussée par l’augmentation des prix de l’énergie rend « très dur » la possibilité pour les artisans de « sortir une carte des fêtes« .

« Nos fournisseurs sont comme nous, ils ne savent pas à quelle sauce ils vont être mangés avec ces augmentations. »

Joël Mauvigney, président de la Confédération nationale des charcutiers-traiteurs

sur franceinfo

À cela s’ajoute une « augmentation en janvier de 6 à 7% des assurances qui aura une incidence sur les frais généraux« , déplore-t-il. 

Joël Mauvigney assure que les artisans ne pourront « pas augmenter » leurs prix au même niveau que l’inflation. Il va falloir prendre en compte toutes ces hausses au moment de l’établissement d’une carte pour Noël. Le président de la Confédération nationale des charcutiers-traiteurs estime ainsi qu’il faudra « revoir nos plats un petit peu plus traditionnels, un petit peu moins garnis de manière à ne pas répercuter une hausse abominable« .

Face à l’inflation, Joël Mauvigney dit observer une baisse de la consommation, notamment du côté de « la pâtisserie et du chocolat ». « Le fait de se faire plaisir passe après » pour les clients, se désole-t-il.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :