« C’est horrible, on n’a pas les mots » : forte émotion aux obsèques de Justine Vayrac

Porté par quatre jeunes hommes, le cercueil blanc de la victime rentre dans l’église, suivi de la famille, des amis et des élus de Tauriac (Lot), petit village de 400 habitants. « C’était dur, il y avait beaucoup d’émotions, beaucoup d’amour dans cette église« , confie Cindy, l’une des connaissances de Justine Vayrac, retrouvée morte fin octobre, après une soirée en boîte de nuit à Brive. 

Affaire Justine Vayrac : « sang-froid étonnant », alibi travaillé et message post-mortem, ces derniers éléments de l’enquête sur le suspect

Une foule d’inconnus reste dehors sous la pluie. Il y a beaucoup de jeunes de l’âge de Justine Vayrac, elle avait 20 ans. Des habitants des environs, comme Christian Delrieu, maire de Bétaille, une commune voisine : « Dans des circonstances comme celle-là, il faut quand même marquer et soutenir un peu cette famille. »

« Je considère que ces deux familles sont ravagées et notre devoir, c’est d’être à leur côté. On sait bien qu’on ne va pas leur épargner la peine… C’est insoutenable pour tout le monde. »

Christian Delrieu, maire de Bétaille

à franceinfo

La presse est tenue à l’écart, il n’y a pas de retransmission audio. La voix du curé se distingue entre deux averses : « Justine restera dans nos cœurs. Nous nous souviendrons d’elle. » Tous écoutent dans un silence empli d’émotions, comme Valérie venue avec son mari : « Cela me fait mal au cœur de voir cette jeune femme partir comme cela. C’est trop triste, c’est horrible… On n’a pas les mots pour le dire. »

La presse a été tenue à l'écart de l'enterrement de Justine Vayrac ce vendredi 4 novembre à Tauriac, dans le Lot. (Aurélien Thirard)

La presse a été tenue à l'écart de l'enterrement de Justine Vayrac ce vendredi 4 novembre à Tauriac, dans le Lot. (Aurélien Thirard)

Un registre de condoléances est installé et rempli déjà de nombreux mots. Ce drame touche les habitants qui, de près ou de loin, connaissent Justine Vayrac et sa famille. « Pour être là, pour être auprès de la famille puisque nous on est du village du grand-père et du papa. Forcément, cela nous touche encore davantage« , livre Chantal. 

Les parents en premier à la sortie de l’église, tous suivent le corbillard jusqu’au cimetière de la commune. Le corbillard dans lequel on peut voir un grand portrait de Justine Vayrac, souriante.

L’émotion aux obsèques de Justine Vayrac : reportage d’Aurélien Thirard

écouter

 
Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :