« Méga-bassines » : un projet de 30 réserves d’eau validé dans la Vienne, encore plus important que celui de Sainte-Soline

Après trois ans de concertation et malgré les heurts de la semaine dernière à Sainte-Soline, la préfecture de la Vienne a officialisé jeudi 3 novembre la signature de ce nouveau protocole de gestion de l’eau. 

Article rédigé par

Radio France

Publié le 04/11/2022 15:37

Temps de lecture : 1 min.

Près d’une semaine après les manifestations à Sainte-Soline dans les Deux-Sèvres contre la construction d’une « mégabassine », un nouveau projet de retenues d’eau vient d’être validé dans le département voisin.

La Vienne a annoncé jeudi 3 novembre la signature d’un protocole qui prévoit la construction de 30 retenues d’eau d’ici 2026. 

Ces 30 bassines doivent être créées d’ici 2026 dans l’ouest du département, d’après les documents de la préfecture. Elles pourront stocker jusqu’à près de 9 millions de m3 d’eau. C’est encore plus que dans les Deux-Sèvres, où se trouve Sainte-Soline. À titre de comparaison, le protocole de gestion de l’eau de ce département voisin avait validé la construction de 16 réserves, soit presque deux fois moins. 

Comme dans les Deux-Sèvres, le premier projet d’implantation de bassines a été retoqué. La première version dans la Vienne prévoyait la construction de 41 bassines. Finalement, pour obtenir un consensus plus large et après presque trois ans de concertation, la seconde version du protocole, celle qui a été retenue, acte la construction de 30 retenues d’eau. 

Cependant, le projet ne fait toujours pas l’unanimité. Parmi les 54 acteurs consultés, 41 ont validé le projet. Les syndicats agricoles (FNSEA, Jeunes agriculteurs) mais aussi la Chambre d’agriculture régionale et une quinzaine de communes de la zone ont signé le contrat avec la préfecture. « La signature se fait avec l’accord du ministre de l’Agriculture, de la ministre de la Biodiversité et l’accord de Matignon », a souligné le préfet.

À l’inverse, l’agglomération du Grand Poitiers, à majorité gauche-écologistes, mais aussi la Chambre d’agriculture départementale, et la fédération de pêche locale se sont abstenus ou n’ont pas signé l’accord, tout comme les associations environnementales. Au moment ou le protocole était signé, quelques dizaines de personnes manifestaient autour de la préfecture. 


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :