Propos racistes à l’Assemblée nationale : « La France est prête à accueillir » les migrants de l’Ocean Viking « comme n’importe quel autre pays », affirme le ministre des Solidarités

« La France est prête à accueillir » les 234 migrants secourus en mer Méditerranée par le navire Ocean Viking, « comme n’importe quel pays », affirme vendredi 4 novembre sur franceinfo le ministre des Solidarités Jean-Christophe Combe. Il s’agit, selon lui, d’une « question d’humanité ». « Il faut qu’un port en Europe ou en France puisse les accueillir, qu’on puisse les soigner », lance Jean-Christophe Combe. « On ne va pas les laisser mourir au milieu de la Méditerranée, on ne va pas les laisser dériver », se désole le ministre des Solidarités.

>> Propos racistes du député RN Grégoire de Fournas : quelles sont les sanctions prévues par le règlement de l’Assemblée nationale ?

Jean-Christophe Combe accuse le RN de donner « l’impression que ces migrants sont en croisière » alors qu’ils « sont en situation de danger de mort », « dans une situation humanitaire absolument épouvantable ». Le ministre des Solidarités tient par là à montrer que la position du gouvernement est différente de celle du Rassemblement national et de son député de Gironde Grégoire de Fournas.

Lors des Questions au gouvernement jeudi, ce dernier a lancé « qu’il(s) retourne(nt) en Afrique« , alors que le député LFI Carlos Martens Bilongo interpellait l’exécutif sur sa politique d’aide aux migrants. Des propos jugés « insupportables » et qui relèvent « du racisme pur », s’insurge Jean-Christophe Combe ce vendredi. Il souhaite que le bureau de l’Assemblée nationale « prenne une sanction extrêmement ferme » à l’encontre du député RN. « Les propos racistes n’ont pas de place dans notre société, à l’Assemblée nationale, c’est pire encore que partout ailleurs, même si partout, c’est inacceptable », ajoute le ministre.

Le ministre des Solidarités estime que « la stratégie du Rassemblement national de notabilité a craquelé hier ». Il dénonce l’attitude de Marine Le Pen qui « défend » Grégoire de Fournas et donc « défend l’indéfendable ». Jean-Christophe Combe rappelle que le Rassemblement national est « héritier du Front national » et que l’histoire du parti « montre » son racisme. « Ce n’est pas parce qu’on met une cravate à l’Assemblée nationale, qu’on essaie de se tenir sur les bancs de l’Assemblée, qu’il n’y a pas ce fond véhiculé par ses politiques », s’emporte-t-il.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :