Chine : malgré la reprise du Covid-19, Pékin retrouve son marathon après trois ans d’absence

Entre 15 000 et 20 000 personnes ont pris dimanche 6 novembre le départ du marathon de Pékin, sur la place Tiananmen. En dehors de la parenthèse des Jeux olympiques, c’était le premier événement sportif et populaire organisé en Chine depuis le début de l’épidémie de Covid-19.

Le jour à peine levé, des milliers de Pékinois ont convergé tôt dimanche 6 novembre vers la place Tienanmen, où était donné le départ du marathon de Pékin, organisé pour la première fois depuis l’apparition du Covid-19 en Chine.

Après trois longues années de restrictions sanitaires quasi permanentes, le  marathon était très attendu par les amateurs de course à pied. Sur la ligne de départ, la joie se lisait sur de nombreux visages, comme celui de ce salarié de la construction, âgé de 52 ans  « J’ai attendu deux ans. Je n’avais aucune patience, parce que j’avais tellement envie de courir. Ça fait partie de ma vie, comme manger et dormir. Ce marathon remonte vraiment le moral de tous les sportifs. »

Lorsque le  départ est donné à 7h30, sous un temps nuageux et avec un air légèrement pollué, c’est un sentiment de soulagement qui se dégage de la foule. De nombreux coureurs lèvent  leurs bras en signe de victoire.  Il faut dire que ces derniers jours, avec la reprise de l’épidémie, certains redoutaient de voir l’épreuve annulée.

C’est Xia YuYu qui a remporté la course côté femmes. « Je me sens à l’aise de courir sans masque, a déclaré la jeune femme. C’est la première fois depuis deux ans. Enfin une course pour tester notre niveau d’entraînement et pour faire ressortir le meilleur de nous-mêmes  ! »

Xia YuYu, victorieuse chez les femmes du marathon de Pékin le 6 novembre 2022 (SEBASTIEN BERRIOT / RADIO FRANCE)

Xia YuYu, victorieuse chez les femmes du marathon de Pékin le 6 novembre 2022 (SEBASTIEN BERRIOT / RADIO FRANCE)

Le masque n’était pas obligatoire pendant la course, mais des mesures sanitaires draconiennes avaient été mises en place, comme par exemple l’interdiction imposée aux participants de ne pas quitter Pékin dans les sept jours précédant l’épreuve. Des mesures jugées nécessaires par le président  de la fédération chinoise d’athlétisme, Duan Shijie : « L’organisation du marathon met en évidence la manière dont l’épidémie peut être gérée, tout en maintenant les activités sociales. C’est-à-dire que nous devons à la fois contrôler l’épidémie et faire en sorte que le quotidien ne soit pas trop difficile. » 

« Ce genre d’événement peut aider les gens à aimer la vie et à surmonter l’épidémie. » 

Duan Shijie

à franceinfo

Grosse fatigue à l’arrivée au pied du « Nid d’oiseau », le grand stade de Pékin, avec aussi une certaine émotion, par exemple pour ce Pékinois d’une cinquantaine d’années : « C’est si dur ! Mais ce marathon que nous attendions depuis trois ans nous a redonné de  la confiance. Je suis heureux d’avoir pu participer, même si certaines personnes n’ont peut-être pas pu venir en raison de la fermeture de leur quartier. Je suis désolé qu’elles n’aient pas pu courir. Mais c’est la responsabilité de tous. »

Effectivement les confinements de dernière minute imposés par les autorités ont empêché la venue de certains participants. On ne sait pas combien de personnes ont été concernées. Les organisateurs sont restés très flous sur les chiffres.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :