Pour Olivier Véran, les Français « ne souhaitent pas » une dissolution de l’Assemblée nationale

Publié le 06/11/2022 15:37 Mis à jour le 06/11/2022 17:16

Article rédigé par

France Télévisions

D’après le porte-parole du gouvernement, une dissolution ne sera envisagée qu’en cas de « blocage complet du Parlement ».

Les Français « ne souhaitent pas » une dissolution de l’Assemblée nationale. C’est ce qu’a estimé Olivier Véran, le porte-parole du gouvernement, dimanche 6 novembre. « Je ne vis pas dans un référentiel qui consisterait à donner une date de péremption à l’Assemblée nationale que nous ont confiée les Français », a-t-il défendu sur le plateau de l’émission « Dimanche en politique » sur France 3.

« Je pense que les Français nous ont accordé une majorité relative pour nous pousser à avoir des démarches d’accord transpartisan, à être capable de sortir un peu des postures », a insisté Olivier Véran. Emmanuel Macron avait lui-même brandi en septembre la menace d’une dissolution, trois mois seulement après les législatives, si les oppositions s’alliaient dans une motion de censure pour renverser le gouvernement.

Mais une telle décision du président ne serait prise qu’en cas de « blocage complet du Parlement », selon le porte-parole du gouvernement. Or, « pour l’instant, nous n’avons aucun des stigmates de ce blocage ». « Chaque motion de censure qui a été présentée au Parlement remporte moins de suffrages que la précédente », a-t-il ajouté, arguant qu’il n’y avait « pas de majorité alternative à proposer dans le pays ».

Dans ce contexte, le porte-parole du gouvernement a lancé un appel à la « droite républicaine », notamment dans la perspective de la future réforme des retraites. L’appui des socialistes est aussi espéré sur le texte visant à accélérer les énergies renouvelables, adopté en première lecture au Sénat vendredi soir.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :