Rachat de Twitter : l’ONU appelle Elon Musk à faire respecter les droits de l’homme

Volker Türk, en charge des droits de l’homme aux Nations unies, a adressé une lettre ouverte au nouveau propriétaire du réseau social.

Article rédigé par

France Télévisions

Publié le 06/11/2022 08:35 Mis à jour le 06/11/2022 11:23

Temps de lecture : 1 min.

Le rachat de Twitter par Elon Musk inquiète jusque dans les couloirs de l’ONU. Le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’jomme a fini par écrire au milliardaire. Dans sa lettre ouverte, qu’il a publiée sur le réseau social samedi 5 novembre, Volker Türk « demande instamment » au nouveau propriétaire « de faire en sorte que les droits humains soient au centre du management de Twitter ». « Le respect de nos droits humains partagés devrait tenir lieu de garde-fous pour l’utilisation et l’évolution de la plateforme » et « comme toutes les entreprises, Twitter doit comprendre les dommages associés à sa plateforme et prendre des mesures pour y remédier », écrit-il.

En ce sens, les informations selon lesquelles Elon Musk a limogé toute l’équipe de Twitter qui était dédiée aux droits de l’homme ne sont « pas, de mon point de vue, un début encourageant », regrette Volker Türk. Le Haut-Commissaire aux droits de l’homme a énoncé six principes fondamentaux, dont la liberté d’expression, la protection de la vie privée et la garantie de la transparence. Mais cette liberté d’expression « n’est pas un laissez-passer », avertit-il, soulignant que la propagation virale de fausses informations, notamment lors de la pandémie de Covid-19, entraînait des dommages dans le monde réel.

« Il n’y a pas de place pour la haine qui incite à la discrimination, à l’hostilité ou à la violence sur Twitter », résume-t-il, rappelant que « le discours de haine s’est répandu comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux… avec des effets terribles et en mettant des vies en danger. » Enfin, Viktor Türk réclame que Twitter ait des capacités de modération de contenus dans toutes les langues et tous les contextes, pas seulement aux Etats-Unis ou pour les contenus en anglais.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :