Coupe du monde au Qatar : une filiale de Vinci mise en examen

L’enquête a débuté il y a trois ans, après des plaintes d’associations et de sept ex-employés.

Article rédigé par

Radio France

Publié le 09/11/2022 16:20 Mis à jour le 09/11/2022 19:56

Temps de lecture : 1 min.

Vinci Construction Grands Projets, la filiale du groupe de BTP français Vinci, a été mise en examen dans le cadre d’une enquête, ouverte en décembre 2019, sur les conditions de travail sur des chantiers au Qatar, a indiqué l’avocat de la filiale Jean-Pierre Versini-Campinchi mercredi 9 novembre à franceinfo.

Le parquet de Nanterre a détaillé à France Inter les chefs d’accusation : « Obtention de la fourniture de la part d’une personne en situation de vulnérabilité ou de dépendance de services, avec une rétribution sans rapport », « soumission à des conditions de travail ou d’hébergement incompatibles avec la dignité », « réduction en servitude (travail forcé commis de manière habituelle et avec la circonstance aggravante de la pluralité de victimes). »

« Vinci Constructions Grands Projets va immédiatement former un appel tendant à voir prononcer par la chambre de l’instruction de Versailles la nullité de cette mise en examen », ajoute l’avocat. Le représentant de la filiale dénonce « l’insuffisance du délai consenti aux avocats pour élaborer les réponses utiles et le choix intempestif de la date à quelques jours de l’ouverture de la Coupe du monde de football », qui commence le 20 novembre.

Le groupe de BTP avait annoncé que sa filiale était convoquée en vue d’une mise en examen dès lundi, en réfutant toutes les accusations, notamment de « travail forcé » et de « traite d’êtres humains ».

L’enquête a débuté il y a trois ans, après des plaintes des associations Sherpa, Comité contre l’esclavage moderne et de sept ex-employés. Ils accusent Vinci, Vinci Construction Grands Projets, sa filiale Qatari Diar Vinci Construction et leurs représentants de réduire les employés des chantiers en lien avec la Coupe du monde de football « en servitude » et de faire notamment de la « traite des êtres humains ».


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :