Paris : un prêtre mis en examen et incarcéré pour viol sur mineur de 15 ans

Un prêtre de 51 ans a été mis en examen et incarcéré pour viol sur mineur de 15 ans à Paris. Il a reconnu donner régulièrement des rendez-vous à des personnes majeures rencontrées sur des applis pour prendre de la drogue et avoir des rapports sexuels.

Article rédigé par

Radio France

Publié le 10/11/2022 13:01 Mis à jour le 10/11/2022 13:52

Temps de lecture : 2 min.

Un prêtre a été mis en examen et incarcéré pour viol sur mineur de 15 ans à Paris, a appris ce jeudi franceinfo auprès du parquet, confirmant une information de nos confrères de RTL. Les faits reprochés remontent à la nuit du 3 au 4 novembre. L’individu mis en cause a été placé en détention provisoire. L’enquête est confiée à la brigade de protection des mineurs de la police judiciaire parisienne.

D’après le parquet, il s’agit d’un prêtre de 51 ans qui officiait à Montfort-sur-Meu au sein du diocèse de Rennes (Ille-et-Vilaine). Il a été mis en examen dimanche des chefs de « viol aggravé », « provocation de mineur à l’usage de stupéfiants », « mise en danger d’autrui » et « usage illicite de produits stupéfiants ». Le caractère aggravé du viol provient du fait qu’une substance a été « administrée à la victime, à son insu, afin d’altérer son discernement et le contrôle de ses actes », précise le parquet.

D’après une source proche du dossier, le prêtre reconnaît avoir eu une relation sexuelle avec l’adolescent de 15 ans, mais affirme ne pas avoir été au courant de son âge. Le prêtre quinquagénaire et l’adolescent se sont rencontrés sur une application avant de se donner rendez-vous dans un hôtel du 8e arrondissement de Paris. Après avoir consommé de la drogue, ils ont fini par avoir une relation sexuelle. Des rapports qualifiés de « brutaux » par la victime, précise cette source.

Le jeune affirmait sur l’application en ligne être majeur, ce qu’il a également affirmé face au prêtre quand il l’a rencontré. Les enquêteurs reprochent au prêtre de ne pas avoir été plus vigilant car l’apparence de la victime ne laissait visiblement pas de doute sur le fait qu’il était mineur. De son côté, le prêtre – qui ne s’est pas présenté comme tel au rendez-vous avec l’adolescent – reconnaît avoir régulièrement ce genre de pratiques et donner des rendez-vous à des personnes majeures pour prendre de la drogue et avoir des rapports sexuels.

Une nouvelle affaire au sein de l’Église qui intervient quelques jours seulement après les révélations du président de la Conférence des évêques de France Eric de Moulins-Beaufort, sur la mise en cause de onze anciens évêques, qui ont eu affaire à la justice civile ou la justice de l’Église pour des violences sexuelles ou de la « non dénonciation ». Lors d’un point presse, lundi 7 novembre, sur le thème des abus sexuels et de leur gestion à la veille de la clôture de l’assemblée plénière de la CEF à Lourdes, Éric de Moulins-Beaufort a ainsi lu un message envoyé par le cardinal Jean-Pierre Ricard, qui révèle avoir eu une conduite « répréhensible » il y a 35 ans avec une jeune fille d’alors 14 ans. Des révélations qui interviennent un peu plus d’un an après la publication du rapport choc de la commission Sauvé sur l’ampleur de la pédocriminalité dans l’Église de France depuis 1950. 


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :