Plan climat, gaz de schiste, accord de Paris… Ce que Joe Biden a fait (ou pas) pour l’environnement depuis le début de son mandat

Alors que Joe Biden arrive à la COP27 vendredi 11 novembre, quel est le bilan environnemental du président américain deux ans après son arrivée au pouvoir ? En succédant à Donald Trump, Joe Biden a rendu immédiatement plus verte l’image des Etats-Unis, en revenant, dès le premier jour de sa présidence, dans l’Accord de Paris qui avait été dénoncé par Trump. Le même jour, Joe Biden a aussi suspendu un immense projet d’oléoduc, Keystone XL, qui devait relier le Canada au golfe du Mexique pour acheminer le pétrole des sables bitumineux. 

Plus récemment, à l’été 2022, le président américain a fait adopter son plan pour le climat. L’équivalent de près de 400 milliards d’euros vont être investis, soit environ 1,5 % du PIB américain qui sera consacré aux énergies renouvelable, à la recherche ou encore à des aides financières très concrètes. Par exemple, un Américain va pouvoir recevoir jusqu’à 7 500 dollars en crédits d’impôts pour l’achat d’une voiture électrique, l’installation de panneaux solaires sur les toits sera prise en charge à 30%, des mesures pour la rénovation des logements sont aussi prévus.  Cette réforme, qui acte un investissement record doit permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici à 2030. 

Reste que le président doit aussi composer avec des Etats qui rechignent. Par exemple son plan pour le climat est moins ambitieux qu’il le voulait parce qu’il a fallu trouver un compromis notamment avec le sénateur démocrate de Virginie-Occidentale, Etat connu pour ses mines de charbon, et dont l’élu menaçait de faire capoter tout le projet de loi sans son soutien. 

Autre point noir dans la politique environnementale de Joe Biden : le gaz de schiste. Il représente près de 80% du gaz naturel extrait aux Etats-Unis. Et même si son extraction est très polluante, le gaz de schiste pèse de plus en plus dans le mix énergétique américain, depuis le début de son exploitation il y a une quinzaine d’années. Sans compter que depuis la guerre en Ukraine, ce même gaz est en partie exporté vers l’Europe pour compenser le gaz russe

Enfin, si les gaz à effet de serre ont tendance à diminuer aux Etats-Unis depuis quelques années, au pays des SUV, le bilan carbone par habitant reste très élevé puisqu’un Américain émet en moyenne trois fois plus que la moyenne mondiale


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :