VIDEO. Fuite à vélo sous l’œil des caméras de surveillance, ADN laissé sur les lieux… « Affaires sensibles » raconte les bévues en chaîne des braqueurs de Kim Kardashian

En octobre 2016, des voleurs ont fait le coup du siècle : braquer, dans l’hôtel particulier où elle résidait lors de son passage à Paris, l’influenceuse aux 330 millions d’abonnés sur Instagram et puissante égérie de la mode, la star de la télé-réalité américaine Kim Kardashian. Qui sont les braqueurs, qui ont dérobé ses bijoux pour un butin de 9 millions d’euros ? Des génies… ou des pieds-nickelés ?

Rapidement identifiés, les suspects sont pour la plupart des retraités bien connus de la police… Pourtant, les auteurs du braquage vont multiplier les bourdes, pendant et après le home-jacking. Des bévues en chaîne que raconte cet extrait d' »Affaires sensibles ». Le magazine présenté par Fabrice Drouelle fait son retour sur France 2 le 15 novembre 2022, dévoilant les dessous d’un casse spectaculaire autant qu’improbable.

L’un des principaux suspects raconte

Le cerveau présumé de l’affaire serait, d’après la police, un certain Aomar Aït-Khedache, dit « Omar le Vieux ». Il a déjà été condamné pour avoir participé à la séquestration d’une personnalité. La police le soupçonne d’avoir raflé le butin avec Didier Dubreucq (auparavant mêlé, lui, à un gigantesque trafic de cocaïne). Ils auraient ensuite retrouvé trois autres suspects dans la rue. C’est l’un d’eux, Yunice Abbas (déjà condamné pour trafic de stupéfiants), qui raconte lui-même la suite. Il a même écrit sur cette affaire un livre au titre explicite — J’ai séquestré Kim Kardashian (éditions de L’Archipel) — mais n’a pas voulu être filmé… Joint au téléphone, il est enregistré à son insu.

Il affirme que deux complices lui auraient confié dans la rue un sac à dos plein « qui ne fermait pas », avant de « tailler la route » sans plus s’occuper de lui… à vélo. « C’est le premier braquage connu qui a été fait à vélo ! Ils ont fait ça à bicyclette ! » s’étrangle François Vignolle, un journaliste qui a travaillé sur l’affaire (et coécrit Les Bijoux de la Kardashian, éd. Glénat). Sans compter que tout le monde semble avoir oublié le b.a.-ba du métier : se méfier des caméras de surveillance…

Les caméras de surveillance ne perdent pas une miette de leur épopée

Idéalement placée au coin de la rue, l’une de ces caméras aurait enregistré le passage des deux braqueurs présumés, qui s’éloignent vers 3 heures du matin sur leurs bicyclettes. Yunice Abbas raconte qu’il était posté dans la rue, et être aussi reparti à vélo. Il se serait entravé dans une bretelle du sac à dos et aurait chuté en renversant son contenu sur la chaussée (il dit s’être aperçu à ce moment-là qu’il s’agissait de bijoux). Dans sa précipitation à ramasser le tout, il aurait oublié un collier avec une croix en diamant, d’une valeur de 30 000 euros… et qui sera rapporté à la police le lendemain par une passante.

« Un mauvais scénario de mauvaise série B »

Avec cette chute malencontreuse, le braquage du siècle a définitivement pris le tour d’un « mauvais scénario de mauvaise série B« , comme le remarque Marion Galy-Ramounot, rédactrice en chef adjointe de Madame Figaro. Et ce n’est pas fini… Toujours grâce aux caméras de surveillance, la police voit Yunice Abbas repartir à pied. Il aurait ensuite retrouvé sa voiture, et réalisé avoir embarqué avec lui le téléphone personnel de Kim Kardashian (il était dans le sac à dos) qu’il aurait jeté dans un canal au nord de Paris vers 4 heures du matin. Comme un mouchard, l’appareil indiquera aux policiers une partie du chemin emprunté pour rentrer chez lui…

Mais la gaffe la plus énorme aurait été commise lors du « saucissonnage » de Kim Kardashian. Malgré ses gants, l’un des braqueurs a laissé des traces d’ADN sur l’adhésif ! Quatre jours plus tard, la police l’identifiera formellement : il s’agirait d’Aomar Aït Khedache.

Extrait de « Kim Kardashian et le gang des braqueurs », un document à voir le 15 novembre dans « Affaires sensibles« , une coproduction France Télévisions, France TV presse, France Inter et l’INA, adaptée d’une émission de France Inter.

Avant sa diffusion sur France 2 à 23h10, l’enquête d’Affaires sensibles » est disponible sur la plate-forme France.tv dès le mardi 15 novembre à 6 heures.

> Les replays des magazines d’info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique « Magazines« .


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :