Guerre en Ukraine : ce qu’il faut retenir de la journée du lundi 14 novembre

Trois jours après l’annonce de la libération de Kherson, Volodymyr Zelensky s’est rendu dans cette ville-clé du sud de l’Ukraine, lundi 14 novembre. Le président ukrainien y a notamment chanté l’hymne ukrainien, alors que la Russie revendique toujours cette localité. Franceinfo revient sur la journée sur le front de la guerre en Ukraine.

Depuis Kherson, Zelensky envisage « le début de la fin de la guerre »

Le président ukrainien a dit envisager « le début de la fin de la guerre » après la reprise de Kherson, où il a effectué une visite surprise. La reprise des territoires occupés par les forces de Moscou est « un chemin long et difficile », « le prix » à payer étant « élevé » ; ainsi, la Russie a détruit « toutes les infrastructures cruciales » dans la ville, selon Volodymyr Zelensky. 

L’opérateur national ukrainien Ukrenergo a quant à lui affirmé que la Russie avait détruit une centrale électrique clef à Kherson avant le retrait de ses troupes. « La majeur partie de la région libérée de Kherson est sans électricité depuis le 6 novembre », a déclaré le président d’Ukrenergo, Volodymyr Koudrytsky. « Nous faisons de notre mieux pour approvisionner les gens en électricité dès que possible », écrit-il encore.

Moscou revendique toujours Kherson

Le Kremlin a de son côté continué d’affirmer que Kherson, officiellement annexée en septembre au même titre que la région du même nom, appartenait à la Russie bien que ses troupes aient dû l’abandonner. « Nous ne commenterons pas, vous savez bien que c’est le territoire de la Fédération de Russie », a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

L’armée russe affirme avoir pris un village à l’est

L’armée russe a affirmé, lundi, avoir pris Pavlivka, une localité de la région de Donetsk dans l’est ukrainien, un rare succès revendiqué par Moscou après des semaines de revers et de retraites. Les régions de Donetsk et Kherson sont, avec celles de Lougansk et Zaporijjia, les quatre régions d’Ukraine dont Moscou revendique l’annexion.

Xi et Biden « s’opposent » au recours à l’arme nuéclaire en Ukraine

A la veille du G20, en Indonésie, les présidents américain et chinois ont évoqué la question ukrainienne lors de leur face-à-faceJoe Biden s’est dit « confiant dans le fait que la Russie ne va pas occuper » l’Ukraine et les deux hommes se sont accordés sur leur « opposition » à tout recours à l’arme nucléaire en Ukraine, d’après la Maison Blanche. « La Chine a toujours été du côté de la paix et continuera à encourager les pourparlers de paix », a déclaré le dirigeant chinois.

Macron appellera Poutine après le sommet du G20

Le président français va « continuer à discuter » avec son homologue russe, Vladimir Poutine, grand absent du sommet du G20 à Bali, a fait savoir l’Elysée. Il « l’appellera après ce G20 », a relevé la présidence française, à la veille de l’ouverture du sommet.

L’Otan prévoit des mois « difficiles » pour l’Ukraine

« Les mois à venir seront difficiles » pour l’Ukraine, a averti le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg. « Nous ne devons pas commettre l’erreur de sous-estimer la Russie » a-t-il déclaré à La Haye, estimant que « l’objectif de Poutine est de laisser l’Ukraine froide et sombre cet hiver ».

La France a accueilli 106 000 réfugiés ukrainiens depuis février

Selon un rapport parlementaire publié lundi, le chiffre de 106 000 réfugiés ukrainiens en France est proche de l’objectif fixé par Emmanuel Macron en mars dernier. L’accueil des Ukrainiens qui ont fui la guerre aurait coûté quelque 600 millions d’euros à l’Etat.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :